Booster sa thyroïde à l’intersaison

Ça faisait un bon moment que j’avais envie de vous parler de thyroïde, pas que je sois une grande experte sur le sujet, mais souffrant d’hypothyroïdie depuis l’adolescence, je me suis toujours intéressée à son fonctionnement et son impact ô combien déterminant sur notre bien-être. La période de l’intersaison est particulièrement délicate, surtout quand on est confronté comme ces dernières semaines, à des chutes brutales de températures ! Je ne sais pas chez vous, mais à la maison on est tous passés par les réjouissances gorge qui gratte – nez qui coule – mal de tête – gros rhume qui s’installe…

La thyroïde, qui produit des hormones essentielles pour les cellules, fonctionne un peu comme une chaudière de l’organisme. Quand les températures redescendent au début de l’automne, il lui faut un temps d’adaptation pour switcher la clim interne sur « chauffe » (qui n’a pas connu ce moment en entreprise où tu te gèles pendant des semaines car le mec de la maintenance n’est pas encore passé pour intervertir le mode été-hiver de la chaufferie ?! – et ben c’est pareil pour notre corps !).

La bonne nouvelle, c’est qu’on peut aider sa thyroïde à fonctionner à « plein régime » dans ces périodes « critiques » pour limiter les coups de froid et de fatigue, essentiellement grâce à l’alimentation, mais aussi quelques bons réflexes à adopter.

 

QUELS ALIMENTS POUR SOUTENIR LA THYROÏDE ?

 

♢ L’iode

La glande thyroïdienne a besoin de tout un tas de nutriments pour fonctionner correctement, et en premier lieu d’iode, c’est bien connu. On en trouve essentiellement dans le poisson (surtout la sardine), les crustacées, coquillages, algues… mais aussi dans l’avoine, les fèves, noix, bananes, avocats.

Je mange encore un peu de poisson à l’extérieur quand il n’y a pas d’option végétarienne, mais je n’ai jamais été une grande fan de crustacées, j’essaie donc d’incorporer petit à petit les algues dans mon alimentation (même si ça n’a rien de naturel pour moi, je ne suis pas particulièrement attirée par leur goût, à part dans les sushis !!). J’ai trouvé des algues wakame surgelées dans une épicerie asiatique, c’est très bon agrémenté de sauce soja et d’huile de sésame. Sinon j’ai très envie de tester le tartare d’algues, sur les conseils de Laetitia, même si j’ai du mal à mettre la main dessus (apparement elle le trouve chez Naturalia, je jetterai un oeil dès que j’aurai l’occasion d’y aller).

Pour l’avoine rien de plus simple, il suffit de se préparer un granola ou oatmeal le matin, c’est délicieux et hyper rassasiant !

♢ Le zinc

Le zinc est un oligo-élément à ne pas négliger, puisqu’il stimule le fonctionnement de la glande thyroïdienne. On en trouve dans les fruits de mer (encore eux !), les produits carnés mais aussi le fromage, les fruits à coque, les céréales complètes, les oeufs, les légumes secs, graines de citrouille…

♢ La vitamine D

Les personnes en hypothyroïdie sont souvent carencées en vitamine D, c’est d’ailleurs ce qu’a révélé ma dernière prise de sang, mon médecin m’a donc prescrit une ampoule pour soutenir mon organisme.

C’est la vitamine la plus simple à se procurer (ou pas !) puisqu’il s’agit d’exposer son visage et ses bras au soleil, une vingtaine de minutes par jour. Une bonne excuse pour faire une pause et aller s’aérer dehors !

♢ Le sélénium

Cet anti-oxydant protecteur de la thyroïde complète l’action de l’iode pour son bon fonctionnement. On en trouve essentiellement dans les noix du brésil, les céréales complètes, les champignons, les tomates…

J’aime bien me faire des petits encas dans l’après-midi quand je sens une baisse de forme et de concentration, avec un mélange d’oléagineux (noix du brésil, amandes, noisettes, noix de cajou) et fruits secs (raisin, figue, abricot, cranberry).

 

Booster thyroide

 

LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES

 

Je n’ai jamais été une grande adepte des compléments alimentaires, intimement persuadée que l’on trouve tous les nutriments et vitamines essentiels dans une alimentation variée et de bonne qualité. C’est ce que m’a d’ailleurs confirmé la lecture du livre « L’enquête Campbell », que je peine à terminer mais qui est très instructif. Son auteur, un éminent professeur américain, confirme que les compléments alimentaires sont difficilement assimilables par l’organisme, et que rien ne vaut toutes les bonnes choses « vivantes » dont on se nourrit.

Néanmoins, si la plupart des naturopathes en prescrivent régulièrement, c’est qu’ils peuvent être utiles dans le cas de carences avérées ou régimes alimentaires restrictifs.

Cet automne, j’ai eu envie d’essayer un mélange de multivitamines et oligoéléments qui contient tous ceux cités ci-dessus, pour voir si vraiment ça pouvait avoir un impact sur mon bien-être et mon énergie. J’ai jeté mon dévolu sur le Women’s One de la marque Rainbow Light (trouvé sur iHerb), après avoir regardé une vidéo d’Aurélie qui dit avoir fait valider la composition par son médecin. Affaire à suivre…

 

ET LES BONNES HABITUDES ?

 

Au delà de l’alimentation, on peut également soutenir le travail de la thyroïde en pratiquant une activité physique régulière, en dormant suffisamment et en limitant le stress (facile à dire !).

Il vaut mieux également limiter sa consommation de soja, car il aurait tendance à inhiber les hormones thyroïdiennes et pourrait nuire à l’absorption du Levothyrox pour les personnes traitées. J’utilise le conditionnel car je lis plein d’informations contradictoires sur le sujet, mais dans le doute je favorise le principe de précaution.

J’ai découvert cela en faisant des recherches pour l’article, je n’ai donc jamais testé, mais l’huile essentielle d’épinette noire stimulerait les glandes surrénales dont le bon fonctionnement de la thyroïde dépend. En période de fatigue, masser 1 à 2 gouttes d’huile essentielle mélangée à une huile végétale sur le bas du dos et la plante des pieds.

Enfin, et j’ai fait le rapprochement récemment, un contact régulier avec la mer ou l’océan permet d’augmenter la quantité d’iode absorbée. Ça fait une vingtaine d’années que je prends du levothyrox, et mon dosage a toujours été le même. J’ai refait des examens récemment qui ont conduit à une diminution du dosage pour atteindre la plus petite prescription possible, et je me suis demandé pendant des semaines ce qui avait pu conduire à cette « relance » soudaine de ma thyroïde…

C’est en discutant avec une naturopathe que j’ai compris, alors qu’elle me demandait si j’aimais aller en bord de mer. Ça fait tout juste un an que nous nous sommes installés dans le sud de la France et que nous avons pris l’habitude de passer du temps à la plage le week-end. Je comprends mieux pourquoi j’adore ça et je ressens une telle vitalité et sérénité lorsque j’inhale les embruns. D’ailleurs j’ai lu que le climat maritime prodigue encore des bienfaits à cinquante kilomètres à l’intérieur des terres, pas la peine d’habiter en première ligne !

 

Booster thyroide

 

J’espère que ces petites « astuces » pourront vous être utiles, ça me paraît important de suivre de près le bon fonctionnement de sa thyroïde… on est tellement nombreux-ses à souffrir de son dysfonctionnement (plus de 6 millions en France), qui concerne d’ailleurs les femmes en majorité.

Vous avez très certainement entendu parler ces derniers temps du scandale autour de la nouvelle formule du Levothyrox, qui produirait des effets indésirables très désagréables sur un grand nombre d’entre nous. J’ai cru en faire partie il y a plusieurs jours lors de ma venue sur Paris pour le salon Maison & Objet, en réunissant plusieurs symptômes décrits (ça n’allait pas fort !), mais fausse alerte puisque tout est rentré dans l’ordre depuis.

Et vous, est-ce que vous êtes concerné(e)s ? Qu’est-ce que vous pensez de tout ça ?

 

 

 

 

1 Comment

  • J’ignorais tellement de choses
    Merci beaucoup pour toutes ces superbes informations
    J’ai appris beaucoup
    PS : je crois que je vais me laisser tenter par le tartare d’algues, tu attises ma curiosité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *