Coloration végétale : évolution 4 mois après

Comme prévu, je reviens vous faire un petit bilan de ma coloration végétale au bout de 4 mois, après mon premier essai à la maison que je vous avais raconté en juin dernier. Alors, comment a-t-elle évolué avec le temps ? Est-ce que je continue ? Quels produits j’utilise ? Qu’est-ce que j’en pense ? Est-ce que ça en vaut la peine ?

J’avais réalisé ma première coloration végétale avec une box BioCoiff’ qui m’avait gentiment été envoyée pour que je teste leur concept et que je puisse partager mon avis. Pour celles qui n’avaient pas suivi ce premier essai, j’avais du m’y reprendre à deux fois car je n’étais pas vraiment satisfaite de la couvrance des cheveux blancs. Le bilan était finalement plutôt positif, car malgré le côté fastidieux de l’application, je trouvais que ça avait fait beaucoup de mien à mes cheveux, et j’aimais bien le rendu et les reflets de la couleur, très naturels (et pas trop roux, ce que je craignais le plus !).

un

ÉVOLUTION

Comment a-t-elle évolué ? Plutôt bien je dirais, la couleur dégorge pas mal les shampoings suivants, elle évolue un peu mais joliment, sans trop foncer ni s’éclaircir, le rendu reste assez homogène. J’avais un peu peur des reflets roux avec le soleil, mais je n’ai pas eu de soucis, pas plus qu’avec une couleur chimique en tout cas (par contre je vous déconseille de mettre la tête sous l’eau dans une piscine après une coloration végétale au risque de voir l’eau virer au marron-vert !).

Ce que je peux lui reprocher, c’est qu’elle s’estompe rapidement, et au bout de quinze jours les cheveux blancs commencent déjà à ressortir… C’est pourtant annoncé comme une coloration permanente, j’avoue que j’avais un peu du mal à comprendre cet aspect là au début. Je sais que je peux passer par une double coloration (rouge puis châtain) pour obtenir un meilleur résultat sur les cheveux blancs, mais très franchement ils représentent environ 15% de ma chevelure et je n’ai pas envie de m’infliger une telle contrainte pour l’instant (c’est déjà assez long comme ça !)

deux

EXPÉRIENCE, CONSEILS

Coloration végétale évolution

J’ai réalisé depuis 5 colorations végétales à la maison, avec la marque Khadi assez réputée, beaucoup moins chère que celles de chez BioCoiff’ (normal, c’est une solution sur-mesure) et que l’on trouve assez facilement en magasin bio. Au fil de mes essais, j’ai réussi à optimiser la pause de la couleur, à mieux comprendre son fonctionnement notamment grâce à la lecture d’un ouvrage sur le sujet, et je suis maintenant très satisfaite des résultats que j’obtiens. Sans être non plus une experte de la question, j’avais envie de partager mes conseils à mon humble niveau pour vous aider à réussir votre coloration végétale à la maison :

#1 Veiller à la température de l’eau au moment du mélange avec la poudre
En effet, pour une coloration châtain, l’eau doit être à 50° pas plus, sinon on risque de faire ressortir les pigments rouges (ce que je ne veux surtout pas, vous l’aurez compris !). J’avoue que je galère pas mal sur ce point, j’arrête ma bouilloire juste avant d’entendre l’eau bouillir, mais je ne suis pas certaine de la température. J’envisage d’investir dans un thermomètre de cuisine afin de me rassurer et d’être sûre d’obtenir le meilleur rendu.

#2 Se laver les cheveux avant à l’eau chaude
Je ne le faisais pas toujours, car je trouve cela plus compliqué de tracer des raies sur cheveux mouillés pour appliquer la mixture verdâtre ! Mais j’ai compris l’importance de l’appliquer sur des cheveux encore chauds : les pigments se fixent mieux et on obtient un meilleur résultat (on utilise bien sûr un shampoing naturel sans silicones). Et surtout on ne lave pas ses cheveux au shampoing pour rincer la coloration, c’est l’erreur que j’ai faite la première fois, ayant l’habitude de le faire avec la colo chimique.

#3 Maintenir la chevelure au chaud pendant la pause
Vous l’aurez compris, la chaleur a une très grande importance pour la fixation et la tenue de la coloration végétale, ça fait une vraie différence je peux vous l’assurer. Comme l’application est assez longue, je maintiens le contenant (en verre) de la mixture au bain-marie (dans de l’eau chaude) dans l’évier de la salle de bain. Ensuite une fois que j’ai recouvert tous mes cheveux, des racines aux pointes, je les maintiens dans la charlotte fournie dans la boîte, j’ajoute une bande de célophane autour de la tête pour être sûre que rien ne dépasse (pour le zéro déchet on repassera !)… puis je tiens au chaud pendant deux heures sous un bonnet ! Oui vous avez bien lu, vous aviez été quelques unes à me souffler l’astuce et j’avoue que je suis bluffée. Grâce à la chaleur la couleur prend mieux, et les cheveux blancs sont beaucoup mieux couverts. Ça change tout vraiment, même si en plein mois d’août ce n’est pas des plus confortables ! J’ai vu qu’il existait des serviettes spéciales chez Les Tendances d’Emma par exemple, je vous en reparlerai si j’ai l’occasion de tester.

 

Coloration végétale évolution

 

#4 Rincer longuement et utiliser un démêlant ou après-shampoing
Une fois le temps écoulé, il faut rincer longuement et ce n’est toujours pas une partie de plaisir ! Pour faciliter les choses, j’applique un démêlant et je peigne mes cheveux sous la douche, ce qui aide à décoller les résidus de coloration. J’ai lu d’ailleurs dans le livre « La coloration végétale » que l’utilisation d’un démêlant, après-shampoing ou masque aidait à fixer les pigments (le rinçage au vinaigre également). J’utilise en ce moment ceux de la marque Coslys, ils sont pas mal mais je n’ai pas encore trouvé le graal. Il est conseillé de ne pas laver ses cheveux pendant au moins 48h après une coloration végétale, les pigments continuent à agir et évoluent au contact de l’air.

#5 Entretien avec un shampoing au PH neutre
Après une coloration végétale, l’idéal est d’utiliser un shampoing naturel au PH neutre, surtout pas agressif et décapant. J’ai utilisé pendant longtemps celui de la marque Ballot-Flurin que j’adorais, mais j’ai appris en lisant le livre que le miel est un décolorant naturel ! Je comprends mieux pourquoi vous étiez nombreuses à me demander s’il ne posait pas de problème avec ma coloration ! Quand j’utilisais une version chimique, je ne voyais franchement pas de différence, par contre en effet la coloration végétale dégorge moins et tient mieux avec un shampoing plus adapté. Je suis passée aux versions solides (avec ceux de Lamazuna et Secrets de Provence), et ça se passe très bien, la couleur dure plus longtemps. J’essaie d’espacer au maximum mes shampoing pour optimiser sa tenue et c’est payant.

 

Pour conclure, on peut dire que je suis vraiment et définitivement passée du côté végétal de la force en ce qui concerne ma coloration. Dès la première utilisation, pourtant pas totalement concluante, je n’ai pas eu envie de faire marche arrière. Alors oui c’est plus long, plus contraignant, moins radical que la coloration chimique, mais personnellement je n’y vois que des avantages.

Mes cheveux fins sont plus beaux, plus forts, comme gainés. L’application est longue, ça me prend une demi-journée toutes les trois semaines, mais je le vois plus comme un soin global, une manière de me faire du bien à l’intérieur comme à l’extérieur (quelle satisfaction quand on ressort avec des cheveux brillants aux jolis reflets !). Je n’ai d’ailleurs plus vraiment besoin de me faire des bains d’huile et d’utiliser de l’après-shampoing, ça s’équilibre donc ! Et puis pour cette histoire de mauvaise couvrance des cheveux blancs, et bien je n’ai plus le problème à force d’en faire. Je n’observe maintenant que le phénomème (normal !) de racines au moment de la repousse, d’autant plus que mes cheveux poussent à vue d’oeil. Vous n’auriez pas une astuce pour freiner leur croissance ?!

 

J’espère que mon expérience pourra vous aider, et vous convaincre de passer à la coloration végétale ! N’hésitez pas à poser des questions dans les commentaires et à partager votre expérience, on apprend tellement en échangeant 😉

 

10 Comments

  • Consuelo dit :

    Quel shampooing solide utilises-tu ? pour cheveux secs ? gras ?

    • Pour l’instant j’ai testé celui de Lamazuna pour cheveux normaux, j’en suis très satisfaite il est parfait pour mes cheveux. Plus récemment j’ai essayé la nouveauté de Secrets de Provence, le shampoing soin réparateur et il est un peu trop riche pour moi, il m’alourdit les cheveux. Par contre il est top pour ma fille qui a les cheveux bouclés et secs 😉

  • Gaëlle dit :

    Bonjour,
    article très intéressant, j’apprécie vraiment te lire.
    De mon côté, je fais du henné (biologique de Perse) depuis des années et des années, je peux encore car j’ai très peu de cheveux blancs. Effectivement, je pense arrêter avec l’arrivée massive des cheveux blancs, sous peine de virer orange…bof 😉
    Si je peux recommander une seule chose concernant les colorations naturelles à base de poudre de plantes, c’est de les faire (quand cela est possible, évidemment) au hammam. C’est d’ailleurs dans un hammam que j’ai appris à poser mon henné (toujours sur cheveux sales pour protéger le cuir chevelu, merci le sébum), à le mélanger avec une bonne cuillère à soupe d’huile d’olive ou d’argan (même pour des cheveux gras) car les plantes sont souvent desséchantes. Il est possible d’y ajouter une ou deux gouttes d’huile essentielle de votre choix, un peu comme un masque personnalisé.
    Entre la chaleur (ouverture maximum des écailles du cheveu) et l’humidité, les cheveux sont d’une douceur et d’une brillance incroyable, la couleur prend profondément et pour longtemps. Le henné devient un vrai soin des cheveux à part entière pendant ces deux heures là.
    Beaucoup de hammam acceptent la pause de coloration à base de plantes et refusent les couleurs conventionnelles dont les tâches ne partent jamais. Renseignez vous bien avant 🙂
    Et c’est tellement plus simple au hammam pour rincer à grandes eaux et nettoyer rapidement avec un raclette ensuite.
    Ce n’est pas le sujet mais, concernant la peau et son exfoliation ou encore pour se détoxifier, quoi de mieux que le hammam?
    Bref, un moment pour soi (peau et cheveux inclus!) 🙂

    Belle journée à tous et toutes.

    • Hello Gaëlle,
      Ton astuce est génialissime, je te remercie infiniment !! J’ai pratiqué le hammam quelquefois il y a plusieurs années, je n’y suis pas retournée depuis mais ça fait quelque temps que j’y songe pour aider le corps à se débarrasser des toxines. J’ai lu à plusieurs reprises que c’était tout indiqué pour ça, et bien sûr pour se débarrasser des peaux mortes.
      Et pour aider à fixer les pigments d’une coloration végétale, grâce à la chaleur et à la vapeur d’eau, mais bien sûr que oui !! Je n’y aurais jamais pensé toute seule, je ne savais même pas qu’ils acceptaient ce genre d’usage ! Ça paraît une évidence maintenant que tu en parles, ça doit d’ailleurs être pratiqué dans les pays du Moyent-Orient.
      Tu sais quoi, tu as illuminé ma journée, mille fois merci, je vais de ce pas me renseigner sur les hammans vers chez moi où je pourrais le faire, j’ai bien l’intention d’essayer pour ma prochaine colo ! Tu fais comment, tu la poses chez toi et puis tu vas au hammam ou tu l’appliques directement là-bas ?
      Belle journée à toi 🙂

      • Gaëlle dit :

        Bonjour Laurence,

        Je suis heureuse, si cela te permet de mettre deux fois plus à profit le hammam et de bénéficier d’un vrai moment à toi, pas simple en tant que maman, je suis heureuse 😉
        Pour rentrer dans les détails, je pars au hammam avec:
        – ma petite cuvette personnel pour mon mélange henné (ou poudre végétale) et mes gants en latex naturel (jetables),
        – ma poudre de plantes, ma petite fiole d’huile végétale (juste la dose car la chaleur dénature tout!) mélangée à mes éventuelles huiles essentielles,
        – mon foulard en coton que je dispose sur mes cheveux après la pose,
        – ma serviette cheveux post-henné,
        – un bas de maillot de bain noir car avec la chaleur et l’humidité, le henné va couler le long de ton dos mais rassure-toi, la peau ne prend jamais la couleur et il suffit de rincer de temps en temps ta peau, je t’assure vraiment que ta peau ne risque rien.

        Demande bien au hammam avant mais ils ont généralement l’habitude des soins à base de plantes, d’argiles et cie. Je prépare donc tout sur place et je le pose là-bas sur cheveux secs (ou humides) non lavés.
        C’est la première chose que je fais et ensuite, je vais dans la cuve la plus chaude, je sors, je m’occupe de mon corps (savon noir / frottage au gant) et/ou de mon visage……Et je rince le henné à la fin (shampooing doux), en même temps que mon corps, tellement plus facile et simple au hammam que dans ma petite salle de bain !

        La couleur prend en profondeur, intensément et dure plus longtemps (un henné tous les 4 mois me suffit) et la peau est douce, si douce….Bref, un soin complet séculaire pour le corps, les cheveux et l’esprit. Nous n’avons rien inventé 🙂

        Belle journée.

  • Véro dit :

    As-tu des marques et des types de shampoings au PH neutre à conseiller ?

    • Alors c’est assez difficile à trouver, le PH est rarement indiqué sur la fiche technique, il faudrait pouvoir tester avec des bandelettes spéciales.
      Je t’avoue que je ne vais pas jusque là, j’utilise des shampoings solides avec le moins d’ingrédients possibles et doux pour les cheveux. Celui de Lamazuna par exemple pour cheveux normaux me convient parfaitement, et j’aimerais bien tester ceux de Pachamamaï.

  • Rosenoisettes dit :

    C’est vrai que les colorations végétales s’estompent rapidement, ce qui est dommage mais c’est le prix à payer pour avoir des produits sains pour l’environnement et notre corps.
    Cependant c’est moins onéreux alors autant en profiter pour en faire toutes les deux à trois semaines ~

  • Julie dit :

    Ah tu vas être fière de moi 🙂
    Finalement j’ai racheté un Khadi noisette mais comme je trouvais que c’était vraiment trop cher je n’ai utilisé qu’un tiers pour faire mes racines (30gr) je n’ai rien mis sur les longueurs et le résultat est nickel.
    Pose de 3 heures avec un bonnet également. j’ai juste mélangé avec de l’eau, je n’ai pas mis d’ajouts type yaourt ou miel pour que la dose soit au maximum concentrée. j’ai également fait une texture bien liquide pour pouvoir l’appliquer au pinceau sur mes racines.
    Pour 3.5 € je n’ai pas asséché mes pointes et j’ai recouvert mes racines et mes cheveux blancs.
    Je crois que j’ai enfin trouvé la bonne méthode anti pointes sèches et cheveux blanc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *