Comment se (re)mettre à courir ?

Chaque année c’est la même chose, j’hiberne un peu (beaucoup) pendant la saison froide, et au retour des beaux jours l’envie me prend de me mettre à bouger et à courir. Dans l’idéal, j’aimerais réussir à faire de l’exercice de manière régulière tout au long de l’année, mais j’avoue n’y être jamais vraiment parvenue, à part quand j’étais inscrite dans des salles de sport ou des cours type Pilates en intérieur. L’idée de courir dans le froid ou de nuit anéantit toute étincelle de motivation !

J’ai donc re(commencer) à chausser mes baskets mi-juin (assez tardivement finalement, mais on a eu un printemps qui ressemblait plus à une fin d’automne qu’à une annonce de radieux été !), et à ma grande surprise je suis allée courir (presque) tous les jours sans trop de difficultés… J’avais donc envie de partager avec vous mon expérience et mes petites astuces (si on peut appeler ça comme ça !) pour mettre en place une routine sportive qui nous convient et tenir sur la durée.

Je vais commencer par vous expliquer mon histoire avec le sport, pour que vous compreniez mieux mes forces / faiblesses, ainsi que le cheminement pour arriver à mon rapport actuel avec l’exercice physique.

Je viens d’une famille où la pratique du sport est valorisée, et il était important pour mes parents (surtout mon père) que l’on ait une activité physique dès le plus jeune âge. Il m’a donc inscrite avec mon frère à 6 ans dans un club d’athlétisme (où ma famille était la plus représentée, mon oncle était d’ailleurs entraineur).
J’étais plutôt douée, et j’allais aux deux entrainements par semaine sans trop de problème, même si c’est une discipline que je n’avais pas choisie (je faisais de la danse à côté, ce qui m’enthousiasmait beaucoup plus !). Par contre dès qu’il s’agissait d’aller aux compétitions le week-end, ça se compliquait ! Je détestais ça, et je m’inventais toujours des douleurs plus ou moins imaginaires (j’avais très mal au ventre à l’idée de faire une course ou une compétition) pour essayer d’y échapper… mais mon père ne marchait pas, et je me retrouvais donc sur la ligne de départ avec la boule au ventre. Je terminais en général dans les 5 premières (et souvent sur le podium), ce qui faisait râler mon père car il avait toujours l’impression que je n’avais pas forcé (et du coup que j’aurais pu faire mieux) !

Pendant toute mon enfance / adolescence, j’avais donc une image de sportive avec le physique qui va avec, fine et élancée. L’athlétisme étant un sport très complet (en plus de la course, je faisais du lancer de javelot et du saut en hauteur), je m’adaptais facilement à tous les autres sports, ce qui me valait d’avoir toujours de super notes en EPS et de remporter chaque année le cross du collège !

Ça s’est un peu compliqué au moment de mes études secondaires, où j’avais moins le temps (et l’envie) de pratiquer un sport quotidiennement, mais il m’arrivait par périodes d’aller courir (souvent avant l’été !), de faire des parties de badminton ou de beach volley avec les copains, mais rien de très suivi. Puis quand j’ai commencé à bosser, je faisais beaucoup d’heures et j’ai vite ressenti le besoin de me défouler et de me changer les idées en sortant du taf. C’est là que j’ai commencé à m’inscrire dans des salles de sport (et où j’ai rencontré celui qui deviendra mon mari !).

Mais là où ça s’est compliqué (bis) davantage, c’est après mes grossesses. Avec un taf, deux jeunes enfants, un agenda bien rempli et quelques kilos qui s’accrochaient, pas facile de trouver le temps et la motivation de se trémousser pendant 1h30 dans une salle de sport. Je me suis donc rendue à l’évidence à ce moment là, que le sport le plus efficace, le plus flexible, le moins contraignant et avec le meilleur rapport temps / efficacité était la course à pied. Je m’y suis donc remise avec plus ou moins d’assiduité depuis 4-5 ans, ce qui m’a permis d’apprendre pas mal de choses…

un

L’IMPORTANCE DE L’ÉQUIPEMENT

Comment se mettre a courir

C’est un minimum, et sans dire d’acheter les derniers équipements ultra performants (et hors de prix), il ne faut pas négliger l’impact de la tenue et des accessoires sur notre bien-être sportif !

Pour la course à pied, le premier investissement indispensable est bien sûr les chaussures. Comment choisir la bonne paire sans se tromper ? Très sincèrement je n’ai pas de formule magique, le mieux étant d’essayer et de lire les avis d’autres coureurs. Ce qui est sûr, c’est que je n’ai jamais lésiné sur cet investissement, afin de m’offrir des baskets de qualité. Depuis deux ans, j’ai le modèle NIKE FREE 5.0 et j’en suis plutôt contente, malgré le fait que certains lui reproche son manque d’amorti. J’aime marcher pieds-nus, je recherchais un modèle léger qui se fait oublier, plutôt que des « amortisseurs » qui seront rapidement à plat et qui obligent à changer de baskets régulièrement. Je les choisis en général une demi-pointure au-dessus, et je profite de l’offre à -30% chez Sarenza pour investir !

Pour la tenue en elle-même, j’adapte en fonction de la saison, des leggings avec un sweat ou un k-way à la mi-saison et un short avec un tee-shirt ou débardeur en été. J’ai mis du temps à franchir l’étape du short en ville mais je ne regrette pas, c’est tellement plus agréable quand il fait chaud ! J’ai investi dans deux exemplaires du modèle TEMPO de NIKE pendant les soldes l’année dernière, et j’en suis ravie. Ils sont légers, bien coupés, avec de jolis coloris / motifs (oui c’est important !) et surtout ils ont une petite poche zippée à l’arrière pour glisser sa clé (le gros problème lorsque l’on sort courir, que faire de ses clés ?!). Pour le haut, je ne suis pas encore passée aux modèles techniques, un simple tee-shirt ou débardeur en coton me convient bien. Par contre, en hiver c’est important d’avoir un modèle respirant qui sèche rapidement, histoire de ne pas tomber malade dès la première sortie. Quand ça m’arrive (ce qui est assez rare, vous l’aurez compris !), j’utilise les hauts techniques que je mets sous ma tenue de ski (ils sont bien chauds et anti-transpirants).

La brassière est un élément à ne pas négliger non plus, même pour les petites poitrines. J’ai deux modèles qui commencent à être vieux mais qui maintiennent bien, des marques Décathlon et Go Sport je crois (j’aime bien le fait que les bretelles soient réglables sur le 1er). Je souhaite en trouver une troisième pendant les soldes (il faut que je me bouge !), car quand on va courir tous les jours on est vite à court ! Si vous connaissez des modèles confortables avec un bon maintien, n’hésitez pas à les conseiller dans les commentaires.

Ensuite pour les accessoires, ça n’a l’air de rien mais ils ont tout changé pour moi… Un iPhone, un brassard de transport et des écouteurs sont mes essentiels. Vous comprendrez mieux pourquoi dans le point 2, mais je n’ai pas regretté d’avoir économisé pendant un an pour pouvoir m’offrir ce smartphone !
Je prends aussi une paire de lunettes de soleil, pour me protéger du soleil et du pollen, mais aussi pour me mettre dans ma bulle (et cacher un peu ma tête et mes petits yeux du matin !).

deux

L’ART DE BIEN SE CONNAÎTRE

Comment se mettre a courir

Dis moi qui tu es, je te dirai comment courir… Ah ah, ça a l’air bête comme ça mais ça m’a demandé du temps pour comprendre quelle coureuse j’étais ! Après des années d’athlétisme, une image de moi sportive et endurante, j’ai du finir par l’admettre : en fait je n’aime pas vraiment courir. Je m’ennuie, je n’arrive pas à lâcher prise, et je me retrouve inlassablement à compter mes foulées (ça ne vous l’a jamais fait ? Dites moi que je ne suis pas la seule !) et à visualiser mentalement le parcours qu’il me reste à faire. En bref, un petit moment de torture que j’ai hâte d’avoir terminé avant même de commencer, une perspective pas très réjouissante ! En fait mon seul plaisir c’est l’après, la fierté que je ressens après avoir couru et le bien-être physique et psychique.

Autre élément que je connais sur moi, et qui n’a jamais été une surprise : je n’aime pas la compétition. D’aussi loin que je me souvienne, ça n’a jamais été un stimulant pour moi mais plutôt paralysant. Je suis le genre de nana par exemple qui joue super bien au badminton pendant l’entraînement, mais qui loupe tous les volants dès le coup de sifflet du match ! Je ne sais pas d’où ça vient, et je crois que c’est pour ça que je n’ai jamais pratiqué de sport d’équipe en club… je me souviens encore d’une saison d’essai de basket, où je suppliais l’entraîneur de me laisser sur le banc pendant les matchs !
Je crois en fait que je suis mal à l’aise avec l’idée du gagnant et du perdant, est-ce qu’on se résume à ça ? Pour moi l’important est de participer, j’aurai été très copine avec Pierre de Coubertin !

Bref, cette connaissance de moi m’aide aujourd’hui à pratiquer ce sport de manière plus authentique, et surtout de m’adapter à mes blocages et à mes stimulants.

J’envie les personnes qui parviennent à s’évader complètement lorsqu’elles courent, qui perdent la notion du temps et qui reconnectent avec la nature, comme mon frère pour qui c’est un sacrilège de se mettre des écouteurs sur les oreilles ! Moi je subis et je m’ennuie quand je coure, il faut donc que je trouve des distractions pour ne pas y penser.
Jusque là, j’écoutais comme beaucoup de la musique entraînante, mais je me suis rendue compte cette saison que ce n’était pas suffisant surtout quand on commence à bien connaître sa playlist. La musique était là en bruit de fond, comme quand on l’écoute en faisant autre chose et sans y faire attention… et je retombais dans mes travers à compter mes foulées et à m’ennuyer !
Quelle est donc ma révélation pour avoir (presque) envie d’aller courir ? Et bien j’écoute des livres audio pendant mes séances de running. Et vous savez quoi ? Ça marche au delà de mes espérances ! J’utilise l’application Audible (je sais, c’est une société d’Amazon, pas bien !) mais je n’en connais pas d’autres pour le moment, j’avais juste envie de tester pour voir et j’en suis toujours au premier livre audio qui est offert. Il va falloir que je me penche sur la question, car je suis conquise et je trouve que c’est parfait pour ce type d’usage (je continue à préférer lire moi-même quand je suis tranquillement installée). Comme à mon habitude, j’ai choisi un sujet de développement personnel et il me semble que c’est doublement stimulant en courant !
Si vous connaissez d’autres solutions de ce genre, ou des podcasts intéressants (en français de préférence, il faut que ça reste facile à comprendre quand on fait autre chose en même temps), je suis preneuse.

Autre élément important pour moi, je sais maintenant que j’aime faire du sport pour me faire du bien, et pas pour devenir une marathonienne et améliorer sans cesse mes résultats. Mon seul objectif étant de faire entre 4 et 5 kilomètres (voire plus si je me sens bien) régulièrement, en écoutant ma forme et mes sensations. Je suis à l’aise avec ça, et même si la tendance est au dépassement de soi et aux performances, j’ai accepté de ne pas m’inscrire là-dedans, tout simplement car ça ne me convient pas.
Je me suis amusée à lister les raisons qui me poussent à courir, pour me les rappeler régulièrement en cas de baisse de forme :

– Évacuer le stress et les tensions, me sentir bien dans ma tête
– Mieux dormir, grâce à une bonne fatigue physique
– Avoir une meilleure santé
– Garder un corps ferme, musclé et équilibré

Voilà les deux petites astuces toutes simples qui ont pas mal changé ma relation au running. Vous pouvez les appliquer à votre cas en vous posant les mêmes questions : qu’est-ce que j’aime / n’aime pas dans le fait de courir, et à quoi je fonctionne de manière générale dans le sport et la vie?
Si votre truc à vous c’est le dépassement de soi et les performances, vous pouvez vous faire un planning d’entraînements précis, et suivre votre progression grâce aux nombreuses applis sur le sujet. Ou alors vous inscrire à une course dans quelques mois, et élaborer un plan de préparation pour tout déchirer le jour J !
Si votre moteur ce sont les grands espaces, le lâcher prise, la découverte de nouveaux paysages, rien ne vous empêche de planifier à chaque séance un parcours différent, en faisant l’inventaire des parcs, berges ou forêts avoisinantes dans votre région. Ça demande juste un peu plus d’organisation.
Et si votre truc c’est l’émulation de groupe et les échanges, vous pouvez rejoindre un groupe de coureurs déjà en place (ça doit se trouver sur des forums ou groupes Facebook), ou de motiver des collègues et des ami(e)s !

trois

L’ORGANISATION ET LES ROUTINES

Qui dit sport, surtout quand on a des contraintes et une vie de famille, dit organisation. Celle qui fonctionne le mieux à mon sens, et qui a fait ses preuves sur moi, ce sont les séances à jour et heure fixe pour en faire une habitude.

Grâce à mon expérience personnelle et à plusieurs lectures, j’ai admis qu’il ne faut pas compter sur la motivation, car c’est une ressource qui s’épuise vite et qui est fluctuante. Si vous partez du principe que vous allez courir quand vous avez le temps et quand vous êtes motivé(e), croyez moi ça ne va pas durer longtemps !

Pour faire du sport régulièrement, il ne faut pas se leurrer, il faut surtout de la discipline, et réussir à faire entrer cette pratique dans ses habitudes. Pendant longtemps j’ai plutôt couru le soir après la journée de travail, car je partais du principe que je n’étais pas une personne du matin. Mais avec les enfants c’est plus compliqué, celles qui sont maman le savent, à partir de 18h c’est une vraie 2ème journée minutée qui s’enclenche !
J’ai donc décidé d’aller courir le matin, au moment où mon mari dépose les enfants à l’école (j’avais la possibilité de le faire ces derniers temps, donc ça ne me faisait pas démarrer trop tôt !), après un petit-dejeuner léger en famille (j’ai du mal à courir le ventre plein). L’idéal pour moi serait d’y aller avant que les enfants se lèvent, pendant que toute la maisonnée dort encore et de déjeuner ensuite avec eux, mais je n’ai pas encore réussi à franchir le pas (étant une couche-trop-tard !). C’est l’un de mes objectifs pour la rentrée.

C’est comme cela que je suis parvenue à aller courir tous les matins, sans même me poser la question. Je me lève, j’installe le petit déjeuner, je réveille tout le monde, je les prépare, j’enfile ma tenue, et hop je vais courir… En casant ma séance toujours à la même heure, et après le même enchaînement d’actions, j’ai réussi rapidement à l’inscrire dans ma routine, en faisant ainsi fonctionner la force de l’habitude plutôt que la motivation.

Et puis tant qu’on y est, au retour je fais 6 séries de 30 abdos sur le tapis du salon, c’est rapide et tellement plus facile de continuer quand on est déjà lancé ! Le ventre étant l’un de mes points faibles depuis mes grossesses, ça me permet de voir des résultats physiques plus rapidement et d’être encore plus motivée à continuer ! Quand je vous disais que c’était simple 😉

 

J’espère que mon récit vous aura donné quelques pistes pour vous y (re)mettre, sachant que ça peut bien sûr s’appliquer à tout type d’activité. Parlez moi de votre relation au sport dans les commentaires, car quand on s’intéresse à la santé et au bien-être, l’activité physique est indispensable mais pas toujours la bonne habitude la plus facile à prendre !

 

28 Comments

  • Julie dit :

    Super article plein de bons conseils! Ici le plus dur c’est vraiment le timing, le matin c’est impossible, je suis seule avec ma fille et le soir mon mari rentre rarement avant 18h30/19h…et depuis mon entorse, j’ai plus trop envie de courir sur tapis! J’ai pas encore d’idées pour l’organisation à la rentrée, en attendant je vais profiter des vacances (et priez pour que ma cheville tienne!)

    • Hello Julie,
      Merci beaucoup ! Dans ton cas en effet ça me paraît un peu compliqué, à moins d’y aller à la pause déjeuner (ce que je n’ai jamais réussi à faire !), mais je crois que tu fais déjà du Pilates à ce moment là… Pas facile de libérer du temps quand le conjoint n’est pas très présent.
      Attends bien d’être rétablie avant de t’y remettre, mon homme a voulu recourir trop rapidement lors de sa dernière blessure, du coup ça a trainé un moment… il a regretté de ne pas avoir fair de rééducation avant de reprendre le sport.

      • Julie dit :

        oui le midi c’est trop juste pour aller courir ou plutôt sur le tapis comme ça je perds moins de temps à me changer et me doucher. Et non ne t’inquiète pas, j’ai arrêté pendant plus de 4semaines finalement et je vais reprendre tout doucement !et sinon je ferais que du pilates pendant les vacances (ça fera marrer les enfants!) !

  • Dorothée dit :

    Alors moi je suis celle qui n’a jamais fait de sport de sa vie, celle qu’on choisissait en dernier par défaut dans les équipes à l’école, bref le sport et moi : pas copains. Et puis enfants, boulot avec longues journées (je sors vers 19-20h du boulot)… Et puis il y a 2 mois, encouragée par une copine, je me suis mise à courir et ça y’est, j’y suis et j’aime ! Je cours le mercredi matin (enfants à l’école et journée sans travail pour moi) et le dimanche matin si je peux, ou dimanche soir, parfois avec la copine. Je fais entre 4 et 6 km, j’écoute de la musique ou podcast d’émissions de radio que j’aime bien. Dans le même temps, toujours encouragée par mes copines, je me suis inscrite dans le même club de sport qu’elles juste à côté de chez moi où je fais du pilates notamment mais je voudrais essayer d’autres choses. Mon objectif : rester sportive, retrouver un corps qui me convienne, rester en forme. J’espère m’y tenir cet hiver, notamment en continuant à aller à la salle de sport et en courant éventuellement en salle. Mes filles ont 5 et 11 ans, ma grande peut rester seule à la maison et je commence à les laisser ensemble parfois (mais le problème c’est qu’elles s’écharpent, quand elles sont seules)… Voilà mon histoire, et merci pour tes astuces !

    • Coucou Dorothée,
      Merci pour ton message, c’est génial de t’y être mise « sur le tard », comme quoi tout est possible ! L’émulation de groupe a l’air de bien fonctionner sur toi, continue comme ça 😉
      Ça devient plus facile quand on commence à pouvoir laisser les enfants seuls pendant une heure, mais en effet à 5 ans ils manquent encore de maturité pour être gardés par les plus grands. Ça viendra 🙂
      À bientôt

  • Olivia dit :

    Ton article est vraiment très chouette et bien détaillé 🙂 Un plaisir à lire et tu es de très bon conseil !

  • Corinne dit :

    Sympa ton article! Pour ma part, j’ai l’impression qu’il y a un cercle vertueux/vicieux qui s’installe assez vite dès qu’on se met ou qu’on arrête de faire du sport. SInon, j’ai trouvé des sources de motivation très efficaces: je m’inscris chaque année à la parisienne et je cours avec des gens.

    • Hello Corinne,
      Complètement d’accord avec toi, mais le cercle vicieux est plus facile à enclencher que le vertueux lol
      C’est une bonne idée de s’inscrire à une course pour avoir un objectif, même si personnellement je n’en ressens pas le besoin 😉

  • Sabrine dit :

    Waoh 😀 Super article très bien détaillé ! Ça fait longtemps que je ne court plus malheureusement… Et j’espère retourner au sport cet été !

  • Amélie dit :

    Tout comme Dorothée, je suis une « fille du banc », traumatisée par les séances d’EPS en collège et lycée, donc dégoûtée du sport jusqu’à l’année dernière. J’ai profité de vacances durant lesquelles j’ai essentiellement nagé, marché, fait du vélo et je n’ai pas voulu m’arrêter là.
    A la rentrée, je me suis mise à courir, tout doucement, pas longtemps, le mercredi matin pendant que les filles étaient à l’école, puis le samedi ou le dimanche puis au moins 2/3 fois par semaine.
    Moi aussi je m’ennuie quand je cours, même avec la musique, quand j’ai lu ton paragraphe, j’allais te donner mon astuce, mais on a la même : écouter des choses qui distraient ! Pour moi, ce fut l’intégrale audio de Pierre Desproges, puis celle de Kaamelott, mais également les podcast de l’émission « si tu écoutes, j’annule tout » de France Inter. J’aime rire quand je cours (et puis ça fait les abdos, heureusement, je ne croise pas grand-monde!) et depuis, je prends plein de plaisir à mes courses. J’ai pu perdre 15 kg, mais surtout me retrouver, me redynamiser, me sentir plus légère dans mon corps et mon esprit.
    Évidemment, je suis devenue accro (moi, la fille du banc!) et même si je ne cours pas pour la performance car je déteste tout ce qui ressemble à tout ce qui ressemble à de la compétition, je prends plaisir à me voir capable d’aller plus vite et plus longtemps !

    • Coucou Amélie,
      J’ai envie de te féliciter pour ton parcours, tu as encore plus de mérite à faire du sport régulièrement n’y ayant pas été habituée plus jeune ! Je pense que les résultats et le bien-être obtenus ont été une vraie source de motivation, et tu as réussi comme moi à trouver des astuces pour tenir sur la durée. Je vois qu’on a le même profil de coureuse, on a besoin de distraction pour ne pas y penser ! Je vais aller voir les podcasts que tu suggères 😉
      Encore bravo, continue comme ça !

  • HELENE dit :

    Hello,
    Bonne idée le livre audio !
    De mon côté ce sont les podcasts de mes émissions préférées sur France Inter et Culture : du grain à moudre, le masque et la plume, le magazine de la rédaction, un jour en France… 😉
    Je cours aussi le matin mais 2 fois par semaine car je dois être rentrée pour (me doucher et) accompagner les enfants à l’école !
    Bonne continuation !

    • Coucou Hélène,
      Je vais me pencher sur les émissions de France Inter, elles ont l’air de plaire ! J’avoue ne pas écouter beaucoup la radio, il faudrait que je m’y intéresse un peu plus 😉
      Pas facile de se lever plus tôt pour aller courir et enchaîner enfants / boulot derrière, un vrai marathon ! Là j’y vais tous les jours car j’en ai la possibilité, mais 2 à 3 fois par semaine c’est déjà pas mal 🙂
      Merci et à bientôt !

  • aemi dit :

    Pour ma part malheureusement pas de jogging, j’ai un syndrome rotulien bref j’ai la rotule qui se balade et qui me fait souffrir même quand je marche;.. :/ je compte me réinscrire dans une salle de sport à la rentrée pour travailler quand même! ^_^
    bisous à toi!!!

    • Coucou Aemi,
      Aïe, en effet il faut trouver une activité plus douce. La natation peut-être, ou le Pilates ? Ces principes peuvent s’adapter à d’autres activités, l’important étant de trouver sa routine et son équilibre 🙂
      Bises

  • Elise dit :

    Merci, super article, j’y ai pioché des idées et comme toi, je ne recherche pas le dépassement, la compétition, par contre comme ton frère j’écoute les ptits oiseaux et mon esprit divague 😉
    Perso, le créneau que j’ai enfin trouvé, c’est le midi avant la pause déjeuner : j’ai la chance d’avoir des collègues motivés, et surtout une douche au boulot, ça aide!Le truc c’est d’amener ses affaires dès le lundi, comme ça pas d’excuse « j’ai oublié mes affaires… »
    Question équipement, j’ai investi dans deux trucs : des brassières de la marque Lolë, pas données mais plusieurs maintiens et celles faites pour le running sont vraiment super (y a des ventes privées parfois), et des t shirts en laine mérinos, qu’on trouve à décathlon : chaud en hiver mais super respirant, très confortable, et qui ne sent pas mauvais ! Tu peux même courir deux fois de suite avec sans problème ! Et par chez moi, comme l’hiver n’est pas trop rude, la version à manches longues suffit pour aller courir, je n’ai quasi jamais besoin de mettre une 2e couche.
    Voilà mes trucs et merci pour les tiens !

    • Hello Elise,
      Quelle chance de réussir à t’évader en courant, je t’envie !!
      Je n’ai jamais réussi à faire du sport entre midi et deux, mes pauses déjeuner ont toujours été trop courtes, mais c’est le top pour optimiser au mieux sa journée tout en faisant de l’exercice. Et les douches au bureau, ça devrait être obligatoire non ?! (je n’ai jamais eu la chance d’en avoir)
      Merci beaucoup pour les références, je vais aller jeter un oeil, d’autant plus que je n’ai pas encore trouvé de brassière qui me convienne 😉
      Et pour les tee-shirts, j’ai du mal avec les matières techniques car comme tu le dis, elles ont souvent tendance à retenir les mauvaises odeurs, même après lavage ! Je vais m’intéresser à celles-ci de près !
      Bise

  • Seve dit :

    Ma motivation: quelques IG orientés running que je suis (notamment Anne Dubndidu) et ma montre (Nike+ Sportwatch GPS) qui me motive régulièrement avec des petits messages.

    Dans les oreilles, ça dépend de l’humeur: rien, de la musique ou des podcasts (des podcasts de Radio France ou d’Europe 1). Quand j’écoute quelque chose, c’est donc brassard et casque bluetooth. Mais du coup ça fait des trucs en plus à transporter et ça, ça ne me va pas toujours…
    Je note pour Audible: je vais tester. Merci!

    Côté équipement, j’ai 2 paires d’Asics et des chaussettes de running (on a beau dire qu’une bonne paire de pompes suffit, je ne suis pas de cet avis et je trouve que les chaussettes sont importantes aussi car avec des chaussettes classiques j’ai mal aux pieds). Là, je suis en phase de test (transition?) vers la « course minimaliste »: je vais courir parfois pieds nus et je viens d’investir dans une paire de chaussures minimalistes (des Altra 3 sum 1.5 en vente privée). J’aimerais essayer des VFF pour voir.

    Ah, et comme je cours seule, j’ai aussi investi dans un bracelet d’identification qui comporte mon prénom, mon nom, mon année de naissance, mon groupe sanguin et 2 n° de tél à joindre en cas de pépin.

    Sinon, je suis plus du matin (lever, course à pied, puis douche, réveil des enfants et petit-déj’…): je trouve que cela permet de commencer la journée du bon pied. Alors que le soir, après une journée de boulot, je n’ai plus franchement le courage… Cela dit, là, il faudrait que je m’y remette…! Du coup, merci pour la motivation qui revient à la lecture de ton billet! 🙂

    • Hello Seve,
      C’est vrai que suivre quelques comptes de sportives est très motivant, et c’est le moyen de collecter quelques petites astuces par ci par là 🙂
      Le casque bluetooth c’est le rêve, plus de fil qui s’entortille autour de mon bras pendant la course… on verra pour plus tard !
      Je n’avais pas mesuré l’importance des chaussettes, jusqu’à ce que j’oublie les miennes en vacances. J’ai donc du courir avec des chaussettes « de ville » pas du tout adaptées, et ça m’a pas mal chauffé sous la voute plantaire, je te rejoins donc complètement !
      Les chaussures minimalistes dont tu parles c’est celles avec les orteils ?! J’avoue que j’ai encore du mal, mais ce sont certainement des préjugés. Quand à courir pieds nus sur la plage, je valide !!
      Tu viens de faire ressurgir une de mes vieilles peurs : autant je ne suis pas du tout du genre flippée, je peux rentrer très tard seule sans m’inquiéter… par contre courir seule à l’aube me vaut souvent des sueurs froides (la faute à toutes ces femmes enlevées pendant leur séance de running ^^). Le bracelet c’est plus en cas de problème physique, de malaise ? J’avais entendu parler d’une appli pour lancer un appel au secours en cas de problème, il faudrait que je me repenche dessus (uniquement pour me rassurer hein !)
      Ton organisation, le matin avant que tout le monde ne se lève est la meilleure à mon sens, mais pas facile à tenir en hiver quand il fait nuit et froid… je n’y suis encore jamais parvenue !
      Merci à toi pour ton message <3

  • Jujuliliette dit :

    Haaa la course j aime ca,donc… J ai arreté! Bon cest un peu plus compliqué que ca, je courrais bcp avant. javais des douleurs aux tendons qui m ont fait arreter la.course. Et puis j ai eu 3 enfants…. Et envie de recourir. J ai decouvert qu il y avait des chaussures de course adaptees à mon probleme, ca m a changé la vie. Maintenant, c est surtt une question d organisation et de motivation. A voir, peutetre a la rentree….. Je suis alleevoir  » audible » que j ai decouvert grace a ton article. C est bien 9;90 euros pr un seul livre par mois? L offre ne s adapte pas?

    • C’est clair que quand on devient maman, il faut vraiment être motivée (et organisée) pour réussir à aller courir… mais ce n’est pas impossible !
      Chouette si tu as trouvé des chaussures adaptées, les douleurs sont ce qu’il y a de plus dissuasif pour faire du sport, il ne faut pas les prendre à la légère. Essai aussi de courir sur des surfaces plus « tendres » si possible, comme de la terre ou de l’herbe plutôt que du bitume 😉
      Oui c’est bien le problème d’Audible, à ce prix là je pensais que l’on pouvait télécharger des livres à volonté (comme spotify !), mais non c’est un seul par mois… ça va se démocratiser je pense et devenir de plus en plus intéressant. Affaire à suivre 🙂

  • lathelize dit :

    Bravo!
    Moi, je cours entre midi et 2 quand je suis au boulot ou quand je travaille de la maison et en fin d’après-midi le weekend ( sauf en cas de sortie longue avec mes partners in crime habituels avec un départ à 10 h le dimanche matin). Mais mes collègues sont des fanatiques de compétition alors je préfère courir seule. Je cours sans écouteurs pour des raisons de sécurité ( voiture et mauvaises rencontres car je cours en région parisienne).
    Pour les chaussures, j’ai 2 paires 2 salomon (acheté sur i-run , une boutique où il y a souvent de super promo), le reste est un peu à l’avenant. je viens de lire un article concernant les vetements techniques qui faisait froid dans le dos ( en expliquant que la transpiration favorisait l’absorption de metaux lourds et autres cochonneries contenant dans ces textiles).
    J’aime courir pour courir. Et je pense qu’une de mes actions de la rentrée va être de rendre la montre connectée à celui qui me l’a prêtée, désinstaller l’appli course…Pour ne conserver que la liberté et le plaisir.

  • Plume d'Auré dit :

    Super sympa ton blog ! J’adore ! Jolie découverte grâce à Mlle Parigote Bio !
    Et en plus cet article, en plein dans le mille car je viens aussi de traiter ce sujet, plus ou moins. Sympa de voir comment toi tu l’as traité, j’aime beaucoup ton angle.
    Pleins de bisous

    Plume d’Auré
    plumedaure.com

  • Alice dit :

    Je me suis mise à courir le matin à 5h45 avec une copine. Et c’est vrai qu’il faut installer ça comme une habitude car la motivation, dur dur parfois le matin dans le froid de l’hiver !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *