Mes déboires avec le démaquillage à l’huile

Il y a 3 ans, je me suis beaucoup intéressée au layering dont on entendait de plus en plus parler sur les blogs beauté, et tout particulièrement au démaquillage à l’huile. Hélène ne jurait que par celle de Shu Uemura, elle a toujours eu une jolie peau sans imperfections, j’étais donc bien décidée à m’y mettre même si j’avais encore quelques réticences (c’est quand même bizarre de se mettre du gras sur le visage pour se tartiner du maquillage de partout !). J’avais jusque là toujours été fidèle à mon combo eau micellaire Bioderma + Respectissime de La Roche Posay pour enlever mon mascara waterproof, dont j’étais pourtant très contente et qui me faisaient une peau nette avec très peu d’imperfections (le mieux est l’ennemi du bien, vous allez en comprendre tout le sens dans ce billet !).

Démaquillage à l'huile

RENCONTRE MALHEUREUSE AVEC L’HUILE MINÉRALE

Bref, je profite donc d’un voyage à New-York pour emmener juste un petit échantillon de mes démaquillants habituels en me promettant de trouver la fameuse huile démaquillante tant convoitée sur place. Il se trouve que la Shu Uemura n’était pas vendue aux États-Unis, pas plus que dans ma ville de province… Je me suis donc rabattue sur celle de Nude Skincare, conseillée par une vendeuse Sephora New-Yorkaise ! Je ne connaissais pas du tout la marque, j’ai eu un peu de mal à m’y faire car je n’arrivais pas bien à décoller mon mascara waterproof. Le flacon a du me faire 3 mois, et lorsqu’il a fallu racheter une huile démaquillante en France, je me suis (bêtement) tournée vers celle de L’Oréal « Éclat Sublime » dont on entendait beaucoup parler car c’était l’une des premières du genre vendues en supermarché. Ah, elle était efficace pour enlever le maquillage, mais elle m’a valu la plus belle poussée d’acné depuis l’adolescence ! Je n’ai pas attendu de terminer le flacon pour en changer, et je me suis (encore bêtement !) tournée vers celle de The Body Shop… elle aussi, très efficace et agréable à utiliser… mais composée également d’huile minérale, un dérivé de pétrole qui a fortement tendance à me boucher les pores ! Il m’a fallu du temps, mais j’ai fini par comprendre que ce n’était pas pour moi. Je me suis tapée 6 mois d’acné et de peau pourrie, je peux t’assurer que j’ai retenu la leçon et que je décortique maintenant la liste des ingrédients de mes produits de soin.

J’ai donc fait marche arrière, le temps de retrouver une peau correcte, en retournant à l’eau micellaire (mais cette fois-ci celle de Caudalie, dépourvue d’huile minérale car la Bioderma en contient un peu).

PASSAGE AU NATUREL ET À L’HUILE VÉGÉTALE

Puis il y a 2 ans, quand j’ai commencé à réduire mes déchets, ça m’a titillé d’utiliser deux cotons par jour pour me démaquiller. J’ai donc décidé de retenter le démaquillage à l’huile, mais à l’huile végétale cette fois, bien mieux renseignée sur le sujet ! J’ai d’abord opté pour l’huile de coco, quel bonheur à utiliser (et l’odeur, mmmmh), mais aussi quelle galère pour enlever le gras sur le visage. J’étais obligée de passer un gant chaud après avoir massé, un propre à chaque fois bien sûr, et clairement moi qui aime la simplicité, ça m’a vite démotivée… et ma peau n’était pas particulièrement nette ni belle par dessus le marché.

Et bam, retour à la case départ =>  Eau micellaire + Respectissime (je précise que j’ai toujours pratiqué le double nettoyage, peu importe le démaquillant que j’utilise, je le fais suivre d’un nettoyant moussant).

Six mois plus tard, bien décidée à en découdre une bonne fois pour toute avec ces satanés cotons, et après un benchmark en règle des huiles démaquillantes SANS huiles minérales, je jette mon dévolu sur celle de la marque DHC. Efficace, agréable, pratique, facile à rincer, ne dessèche pas la peau, elle a presque tout pour plaire. Je dis bien PRESQUE, car au bout de quelques mois d’utilisation, je remarque qu’elle me crée des boutons sous la peau, comme des micro-kystes très désagréables car en plus de faire mal, ils laissent des cicatrices sur la peau qui mettent beaucoup de temps à s’estomper. Je me crois vraiment maudite du démaquillage à l’huile, quand mes recherches sur le web me mènent à l’indice de comédogénicité des huiles végétales. Il faut faire attention aux huiles que l’on applique sur son visage, car certaines malgré leurs vertus incomparables, sont réputées comédogènes. Elles ont donc tendance à favoriser les points noirs, qui peuvent se transformer en boutons voire en micro-kystes. C’est une révélation pour moi, d’autant plus que les deux que j’ai utilisées récemment entrent -plus ou moins- dans cette catégorie (l’huile de coco ayant un indice de comédogénicité de 4/5 et l’huile d’olive qui compose en majorité l’huile démaquillante DHC dispose d’un indice de 2/5). Je le dis à chaque fois, mais pour être de qualité, une huile végétale doit être bio, vierge et de première pression à froid. Attention à sa conservation à l’abri de la lumière (les contenants en verre fumé sont recommandés), et certaines doivent être gardées au réfrigérateur car elle s’oxydent vite (c’est le cas de l’huile de lin par exemple). Elles doivent être utilisées rapidement après ouverture, car une huile rance est forcément comédogène (j’en ai fait les frais avec l’huile démaquillante Edenes que j’ai laissée plusieurs mois entamée dans la maison de vacances, et que j’ai utilisée malgré une odeur pas très fraîche car je n’avais rien d’autre sous la main = éruption de boutons quasi immédiate !).

Démaquillage à l'huile

 

Je détiens maintenant la solution, pour un démaquillage à l’huile parfait, il faut juste que je me tourne vers une huile végétale de qualité tout en faisant attention à son effet potentiellement comédogène. Je choisis donc l’huile de jojoba (indice de 0/5), qui est conseillée pour les peaux normales à mixtes, pour son effet régulateur car elle est très proche du sébum de la peau. Je l’ai utilisée 3 mois pour le démaquillage, et j’en étais très contente les premiers temps comme j’en parle ici. Elle n’est pas trop grasse et agréable à masser sur le visage, je commencer à prendre vraiment plaisir à me démaquiller à l’huile même si ça prend plus de temps qu’à l’eau micellaire. J’avais trouvé la méthode parfaite pour la rincer facilement, avec un peu de mon nettoyant doux de REN sur une éponge konjac : aucun résidu de gras ou de maquillage, une peau bien nette et toute douce comme j’aime. J’ai remarqué assez rapidement l’effet régulateur de l’huile de jojoba, ma peau avait tendance à moins briller sur la zone T en fin de journée. Oui mais voilà, les micro-kystes étaient moins nombreux, mais toujours présents, et je remarquais quelques points noirs à des endroits où je n’en avais jamais eu : joues, pommettes… Après avoir vidé le flacon d’huile de jojoba, je décide de terminer une bouteille d’eau micellaire qui traînait dans le placard : ça fait plus d’un mois, et depuis aucun bouton de ce type n’a pointé le bout de son nez.

Démaquillage à l'huile

 

Après 3 ans d’essais, j’en déduis à mon grand regret que ma peau n’apprécie pas vraiment l’huile végétale sur le visage qui, quelle qu’elle soit, même la plus légère, même bien rincée et nettoyée derrière a tendance à me boucher les pores. Ça m’arrangeait bien pourtant, car c’est une méthode de démaquillage très slow, économique et zéro déchet… oui mais voilà, entre toutes ces valeurs et la qualité de ma peau, je penche quand même plus pour la deuxième !
Je suis donc passée à une nouvelle routine que je vous présenterai bientôt, et j’avais envie de conclure en vous disant qu’il faut savoir s’écouter. Que l’on est tous différents, que ce qui marche sur la majorité des gens peut ne pas fonctionner sur nous, que même les produits les plus purs et les plus qualitatifs peuvent ne pas fournir les effets escomptés. Il faut s’adapter, se faire confiance, car au fond j’ai l’intuition depuis le début que l’huile ne me convient pas totalement. Et comme je le disais en intro, le mieux est l’ennemi du bien, il faut apprendre à se contenter de ce que l’on a si cela nous convient, et arrêter de viser toujours la perfection (et la nouveauté à tout prix) !

 

Dites moi si vous avez connu ce genre de mésaventure avec des produits naturels que tout le monde a l’air d’adorer (je me sentirais moins seule !)

44 Comments

  • Ale dit :

    Coucou! C’est la première fois que je commente sur ton blog (qui est très beau, bravo!) et l’article me parle vraiment. J’ai commencé le démaquillage à l’huile avec le layering et c’est une plaie pour moi. J’ai abandonné pour retourner à l’eau micellaire. Au final, je ne crée pas plus de déchet qu’avec une bouteille d’huile puisque j’utilise des cotons lavables. Et surtout, c’est agréable à utiliser, le démaquillage ne m’apparait plus comme une corvée.

    • Hello Ale,
      Merci de commenter, ça me fait toujours très plaisir d’échanger avec vous 😉 Rassurée de voir que je ne suis pas la seule à qui ça ne convient pas ! Moi aussi je suis passée aux cotons lavables, c’est plus contraignant car il faut les laver et s’assurer d’en avoir toujours des propres sous la main, mais comme toi j’ai toujours préféré l’eau micellaire avec son côté frais et pur, un vrai moment de plaisir.
      À bientôt

  • Françoise dit :

    Bonjour, c’est en effet parfois assez long de trouver ce qu’il convient parfaitement à la jolie peau de notre visage… et encore, parfois, ce n’est pas définitif ! Tu as bien fait de laisser tomber les huiles minérales au profit des huiles végétales – je l’ai fait aussi voilà un an et ma peau me dit merci. Concernant le démaquillage : j’utilise l’huile végétale de noyaux d’abricot et j’en suis ravie. Les jours où je suis maquillée, j’utilise l’huile et ensuite un nettoyant. Les jours sans maquillage, juste le nettoyant (baume, mousse ou encore gelée) est top. L’éponge konjac me sert le matin pour me débarbouiller. Bien entendu, je passe un coton (lavable de préférence) avec de l’hydrolat juste après le démaquillage ou le nettoyage. J’ai lu à plusieurs reprises que l’eau nicellaire et l’eau de génie de chez Indemne étaient bien pour les peaux qui présentaient des imperfections (à vérifier…). Je te souhaite de trouver le meilleur pour toi et ta jolie peau. Belle soirée
    PS : la perfection n’existe pas…

    • Hello Françoise,
      C’est long en effet, mais là je me suis un peu obstinée pensant que ce n’était pas possible qu’un produit qui convient a autant de monde puisse ne pas fonctionner sur moi ! Quand aux huiles minérales, elles sont à fuir absolument, autant pour notre santé que pour la planète 😉
      Je te remercie pour ton message et te dis à bientôt

  • Hello toi !

    Je suis ravie de lire ton billet. Je le trouve très intéressant car pour ma part, je n’ai pas du tout connu cette expérience. Je suis passée au démaquillage à l’huile végétale du jour au lendemain (avec de l’huile de Jojoba) et ça a de suite fonctionné.

    Cependant, j’ai pour ma part essayé d’aller encore plus loin. J’ai hydraté ma peau avec cette même huile, un beau matin. J’avais déjà vu plusieurs demoiselles venter les bienfaits de cette utilisation. Et là… Ce fut la CATASTROPHE. Ma peau ne supporte pas du tout ce corps gras à longueur de journée. Si je la rince, ça le fait. Si non, NON ! Alors je me limite pour le moment à cette utilisation ponctuelle.

    Gros bisous, et à bientôt !

    • Coucou !
      Ah ah, tu m’as bien faite rire, comme quoi il n’y a pas de « bonne méthode » universelle !! L’huile végétale comme hydratant je n’y pense même pas, ma peau n’a pas besoin d’être nourrie mais hydratée, du coup elle bourgeonne dès que je lui mets une crème un peu trop riche. D’où l’intérêt de bien se connaître ainsi que son type de peau. Merci pour ton témoignage 😉
      Bise

  • Chibi dit :

    Je ne suis pas spécialement fan du démaquillage à l’huile au quotidien. Au début, je ne jurais que par ça avec le baume Ultrasimple de chez Lush et puis j’ai essayé d’autres huiles (végétales notamment mais aussi de marques naturelles/bio) mais j’ai la peau mixte et sensible et finalement, l’eau micellaire me convient beaucoup plus. Quand j’ai envie d’un bon décrassage, j’utilise de l’huile pour me masser le visage (ou l’Oléogelée de De Novo que j’apprécie vraiment beaucoup) mais ça doit être le cas une fois tous les 10-15 jours… Le démaquillage à l’huile, je passe aussi mon chemin! ^^

    • Hello,
      C’est marrant, tu trouves que l’huile nettoie plus en profondeur qu’une eau micellaire ? Je n’ai pas ce ressenti pour ma part, je trouve que l’huile décolle le maquillage, la pollution que l’on a sur la peau, mais qu’elle ne peut pas se passer d’un bon nettoyage derrière. L’important c’est d’identifier ce qui convient le mieux à notre peau, et de ne pas changer de routine trop fréquemment 😉
      À bientôt

      • Chibi dit :

        Ah oui, je me nettoie aussi bien la peau derrière, je ne la passe pas simplement à l’huile! En général, c’est le moment de faire un exfoliant puis un masque derrière et là, c’est le nettoyage absolu ♥

  • Mylia dit :

    Je n’ai pas eu le temps de me pencher sur la composition, mais j’utilise la « Super huile démaquillante » de Sephora. Elle s’applique avec les doigts, inutile donc d’utiliser du coton, et se rince vraiment très facilement. Mon maquillage n’est jamais aussi bien parti qu’avec cette huile et je n’ai eu aucun souci de peau derrière

    • Hello Mylia,
      Je ne connais pas non plus la compo, mais quand je vois « Sephora » ça me laisse penser = huiles minérales ! (peut-être à tort !). Certaines peaux tolèrent très bien les huiles minérales de bonne qualité, mais ce n’est pas top pour l’environnement 🙁
      À bientôt

  • J’ai l’impression que nous avons eu un peu le même parcours… J’avais une peau avec quelques imperfections il y a quelques années mais lorsque je me suis mise au layering, j’ai tout chamboulé. J’ai commencé avec de l’huile d’olive puis avec des huiles démaquillantes bourrées d’huile minérale. Conséquence : j’ai aussi eu une belle poussée d’acné, des microkystes partout sur le bas du visage alors que je n’en avais jamais eu… Je suis aussi repassée à l’eau micellaire mais j’ai l’impression que ça n’a pas suffit et que plus ça allait et plus ma peau était capricieuse. J’ai tout essayé (baumes, gels, mousse etc…) mais par périodes, les microkystes revenaient. Le plus frustrant c’était de constater que ma peau était globalement de plus en plus jolie avec les soins naturels (moins de rougeurs, teint plus frais etc) mais avec toujours ces microkystes. Je n’ai jamais trop su si ma méthode de démaquillage était vraiment en cause ou pas, mais ton article m’a fait réfléchir… J’ai hâte de connaître ta nouvelle routine en tous cas !

    • Coucou Astrid,
      Les huiles minérales c’est vraiment l’enfer pour les peaux mixtes, l’avantage c’est qu’on s’en rend compte rapidement ! Moi aussi les micro-kystes étaient plus localisés sur le bas du visage et les joues. Il faut être patiente, après avoir déclenché la phase acnéïque, j’ai du attendre presque 6 mois avec ma routine précédente (eau micellaire) pour retrouver ma peau d’avant. J’ai vu que tu as du en passer par un traitement type Roaccutane pour en venir à bout, je l’avais pris à l’adolescence vers 14 ans et depuis je n’ai plus eu de problèmes de peau (à part quand je m’acharne à mettre de l’huile sur mon visage !). J’espère que ce sera aussi efficace pour toi 😉
      J’ai douté pendant longtemps, je ne voulais pas incriminer les huiles végétales que j’avais vraiment envie d’aimer, j’ai reporté la faute sur la pilule, les hormones, le stress… mais j’ai fait des aller-retours pendant suffisamment longtemps (avec les mêmes produits pour le reste de ma routine) pour être sûre aujourd’hui que c’est l’huile démaquillante (ou végétale) qui ne convient pas à ma peau et encrasse mes pores. Ce n’est peut-être pas le cas pour toi, essaie pendant un moment de ne plus appliquer d’huile sur ton visage pour voir ? Ma nouvelle routine est très simple, je reviens à mes basiques en version bio 😉
      Bises

  • C’est dommage que ça ne fonctionne pas chez toi… Et ne maquillant pas je ne peux absolument rien te conseiller…
    Pour ma part j’utilise l’huile de jojoba pour hydrater ma peau et elle me fait un bien fou ! Attention par contre il faut mettre une seule goutte (j’en mets deux quand je sors de la douche et que ça tiraille vraiment trop) au risque de ne pas réussir à la faire pénétrer. Je n’ai pas l’impression d’avoir eu plus de points noirs que ça, par contre j’ai l’impression qu’il y a eu un petit effet positif sur les rides naissantes que j’avais 😉

    • Hello,
      Je suis persuadée que les huiles végétales sont hyper bénéfiques pour les peaux qui les supportent, dommage qu’elles aient un effet comédogène sur moi… mais c’est loin d’être le cas pour tout le monde, d’où leur succès dans les routines bios/naturelles ! C’est vraiment à mon grand regret que je ne peux plus les utiliser sur mon visage.
      À bientôt

  • Wadju dit :

    Merci pour cet article très intéressant ! Je n’ai jamais été vraiment tentée par le démaquillage à l’huile (je reste une adepte à l’eau micellaire) mais si, un jour, je me tourne vers cela, je garderai bien tes conseils en tête avant de choisir une huile. 🙂

    • Hello,
      Merci à toi pour ton message 😉 Je comprends ton amour pour l’eau micellaire, après c’est intéressant de tester d’autres manières de faire pour voir comment notre peau réagit. En effet le choix de l’huile est très important, il faut bien connaître son type de peau et y faire attention.
      À bientôt !

  • Tiens tiens étonnant cet article ! L’amour pour les huiles est quand même là mais j’ai hâte de lire ta nouvelle routine !
    Depuis que j’ai découvert le démaquillage à l’huile, c’est juste le feu dans ma salle de bain. Je n’ai jamais vu quelque chose d’aussi efficace 🙂 j’utilise l’huile de jojoba depuis le début et elle est super pour ma peau de jeune adulte !

    • Hello,
      En effet tu as bien perçu mon regret de devoir renoncer aux huiles essentielles sur mon visage, c’est un peu « je t’aime moi non plus » avec des relations compliquées du genre amour-désamour-amour-rupture ! Je suis convaincue de leurs bienfaits, je lis partout qu’elles sont super efficaces pour le démaquillage et l’hydratation, mais ça dépend vraiment de la structure de la peau je pense, chez moi elles ont tendance à être trop nourrissantes et encrasser mes pores. Je pourraient encore en tester d’autres, j’avais avocat et noisette sur ma wishlist, mais là je trouve que le test a assez duré (ne jamais dire jamais !). J’avais envie de partager mon expérience, car on lit justement assez peu ce genre de témoignage, on part du principe qu’une huile à l’indice de comédogénicité de 0 n’a pas de raison de créer des problèmes de peau, mais je suis persuadée maintenant que ce n’est pas le cas pour tout le monde. En tout cas je suis ravie qu’elle soit très efficace sur toi 😉
      À très vite

  • Mary Charles dit :

    Moi non plus ma peau n’aime pas vraiment les huiles végétales ! Dommage parce que moi j’adore ça et j’aimais bien l’idée de remplacer mon hydratant et mon démaquillant par ça ! J’ai d’ailleurs moi aussi écris un article sur ce sujet il y a plusieurs mois parce que j’en était un peu frustrée … Moi aussi ça me provoque des petits boutons et j’ai essayé différentes huiles en nettoyant bien à la fin mais rien à faire. J’avais un peu l’impression qu’il n’y avait que sur moi ça ne marchait pas tellement tout le monde vante cette méthode. Du coup, j’ai trouvé un démaquillant bio et totalement naturel et pour le coton j’ai investi dans des version lavables.

    • Hello,
      Ah ça me rassure, je me sens moins seule ! Idem, je trouve que l’huile est un super produit naturel multifonctions, j’aurais adoré que ça fonctionne d’où mon acharnement 😉
      Moi aussi je suis passée aux cotons lavables, avec une eau micellaire. C’est plus contraignant mais ça convient mieux à ma peau, donc je fais avec !
      À bientôt

  • Personnellement pour le démaquillage à l’huile j’utilise les cotons lavables « les tendances d’emma » qui me servent une fois mouillés à retirer l’huile et le make up (après massage pour bien être démaquillée).Après ça je lave bien entendu mon visage (avec un savon saponifié à froid de chez pachamamaï) et hop l’huile on n’en parle plus
    Dommage pour ta mauvaise expérience .. moi j’ai aussi des imperfections mais la cause est hormonale

    • Hello Axelle,
      J’ai mis du temps à vraiment réaliser que c’était l’huile qui me causait ces micro-kystes, il y a tellement de facteurs qui entrent en jeu. J’ai aussi pensé que c’était hormonal à un moment, j’ai même changé de pilule… mais il n’y a rien à faire, chez moi c’est l’huile la fautive !
      À bientôt

  • Le demaquillage a l’huile ne m’a pas convenu du tout non plus. J’ai une peaux normale a tendance seche et ca m’a bouche les pores…
    Du coup en ce moment je teste le demaquillage au vinaigre de cidre puis un demaquillant gras bio…

    • Hello,
      Ton expérience me rassure, je ne suis pas la seule à qui l’huile végétale ne convient pas sur le visage ! Le démaquillage au vinaigre de cidre je ne connaissait pas, c’est original ! Ça doit piquer les yeux non ?!

  • Audrey dit :

    Merci beaucoup pour ces info sur les huiles, je garde ton article sous la main pour l’achat de mes prochaines huiles parce que j’ai une peau très réactive :s

  • Amandine dit :

    Salut!
    Alors moi, j’ai eu le problème de l’huile en l’utilisant en crème. J’avais acheté de l’huile de jojoba pour me tartiner le visage avec sauf que pareil les boutons sont sortis. Parait-il que c’est normal parce que le jojoba purge la peau. Du coup, moi je l’ai utilisé en démaquillant histoire de ne pas gaspiller le produit et je n’ai pas eu de soucis.
    Ceci dit, en ce moment j’utilise celle au noyau d’abricot que j’apprécie particulièrement. Je l’utilise uniquement pour le démaquillage et le contour des yeux. Pas de problèmes de boutons. Si un jour, tu veux retenter l’expérience, je te conseille le petit fascicule que Julien Kaibeck et une naturopathe ont écrit sur les huiles végétales: Les huiles végétales, 100% pures et végétales. Y a vraiment de très bons conseils et des recettes pour chaque huile. Généralement, on trouve le livret à la pharmacie. Moi, ça m’a vraiment permis de mieux orienter mon choix vu qu’il y avait une très bonne description des huiles, de ces apports; et si on peut utiliser l’huile sur le visage ou/et sur le corps, en usage interne ou/externe.

    • Coucou,
      J’avais lu aussi qu’il faut passer une phase avec l’huile de jojoba, car son côté purifiant fait « sortir les imperfections ». Mais au bout de 4 mois, ça paraît un peu long ! Merci pour la référence du fascicule, je vais voir si je peux me le procurer. J’ai vu aussi à la bibliothèque qu’il y avait l’ouvrage « Les huiles végétales c’est malin » de Julien Kaibeck, je l’ai réservé pour voir quelles usages pourraient mieux me convenir.

  • Eloïse Baker dit :

    Ah oui, je vois tout à fait le soucis…alala, la peau et ses problématiques.
    J’ai beaucoup utilisé l’huile de tournesol pendant un moment, dont les caractéristiques sont très proches de l’huile de jojoba, à un moindre coût bien sûr. Pour le moment j’utilise de l’huile de calophylle et j’en suis plutôt satisfaite.
    Mais que j’ai joué les backpackeuse pendant un mois en Thaïlande, ça se voit (bien que j’avais un super trousse slow)…enfin bon, du coup j’ai fait des pieds et des mains à Bangkok pour rencontrer une créatrice de produits cosméto naturels et/ou bio. J’ai donc rapporter dans mes valises une poudre de perlinpin, faisant office de nettoyant visage ultra doux. Hâte de tester et d’en parler sur mon blog, je t’en dirais des nouvelles ^^

    • Hello Eloïse,
      Les huiles végétales sont de super produits multifonctions quand on veut voyager léger (il faut juste éviter qu’elles fuient dans la valise, ça me fait toujours flipper !!).
      Tu sais de quoi elles est composée ta poudre de perlimpinpin, ça m’intrigue ?!
      À bientôt

  • Barbara dit :

    Je me retrouve un peu dans ton article, même si mon genre de mésaventure n’était pas du tout avec une huile démaquillante, mais parfois on croit faire du bien à sa peau, mais c’est tout le contraire même si c’est censé être plus ceci ou cela. Cependant, je trouve que 3 ans c’est assez long, souvent au bout de 5 mois d’essai je me rend compte si le produit me convient ou non…. En tout cas, tout ce qui est à la mode, ne convient pas forcément à tout le monde, comme en témoigne ton article ! 🙂 Bonne journée, Barbara.

    • Hello Barbara,
      Exactement, on se dit que si ça convient à autant de monde ça doit forcément être bien, mais ce n’est pas toujours le cas, on a des peaux tellement différentes ! Oui 3 ans c’est long, mais j’ai mis du temps à identifier que c’était vraiment l’huile qui ne me convenait pas (à part dans le cas de l’huile minérale où c’était tellement rapide que ça ne pouvait être que ça !)… j’ai pensé que c’était hormonal, donc j’ai changé de pilule, puis que c’était une nouvelle crème hydratante trop riche, ou un nouveau nettoyant trop agressif. Et puis je me disais que c’était le type d’huile qui n’était pas parfait pour ma peau, donc j’en testais d’autres. En fait je voulais tellement que ça le fasse que je me suis un peu acharnée !!
      À bientôt

  • Angélique dit :

    Je me demande si mes microkystes ne viennent pas de là du coup… 🙁 Hâte d’avoir ta nouvelle routine.

    • C’est tout à fait possible, je ne suis visiblement pas la seule à rencontrer ce problème avec les huiles… Depuis plus d’un mois que j’en applique plus sur mon visage, pas un seul micro-kystes, même pendant la période hormonale ! Essaie d’arrêter quelque temps pour voir ce que ça donne 😉

  • Dorothée dit :

    Bonjour, j’ai également une expérience mitigée avec les huiles démaquillantes. J’ai utilisé l’huile de coco, sans succès et avec une poussée de boutons, puis je suis passée à l’huile de jojoba, même résultat, grosse poussée de boutons sur tout le visage alors qu’habituellement, j’ai des imperfections sur les joues et les mâchoires…je me démaquille depuis plusieurs mois maintenant avec l’huile démaquillante de melvita ou celle de cattier et aucun problème à signaler!! je pense que j’ai trouvé l’huile qui me convient bien, tu devrais peut être essayer une huile démaquillante bio ou naturelle plutôt que le produit brut…
    Bonne journée

    • Hello Dorothée,
      En effet j’ai remarqué que ça le faisait moins avec une huile démaquillante, mais j’ai tout de même la peau moins nette qu’avec un autre type de démaquillant non huileux… J’avais très envie d’essayer celle de Melvita d’ailleurs avant de décider d’arrêter, mais j’ai lu qu’elle piquait les yeux… donc j’ai laissé tomber. Et c’est tant mieux, car ma nouvelle routine me fait une peau sans imperfections !
      À bientôt

  • xiao dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet article! Egalement je me sens moins seule car je suis en train de faire face à poussée agressive d’acné suite à 2semaines d’usage de l’huile démaquillante d’une marque de qualité. J’étais un peu sceptique déjà au départ et n’appréciais pas franchement la sensation du nettoyage sur mon visage mais j’avais lu tellement de choses en BIEN sur les huiles démaquillantes alors je me suis fixée à faire un essai.
    Quelle horreur… je fais un traitement pour faire disparaître ces énormes boutons… en espérant que ça va pas mettre 6 mois à s’estomper…
    Auparavant j’utilisais un nettoyant bio claissque moussant et j’étais simplement bien avec, puis de l’huile jojoba en hydratant d’office… tout se passait bien et j’ai voulu changer… ://
    J’ai aussi deux flacons de Shu Uemura en stock je crois que c’est même pas la peine de je les essaye car ces produits contiennent bien de l’huile minérale…
    encore merci pour ces informations intéressantes de ton étude, non sans humour 😉

  • Linda dit :

    Bonjour,
    Mes micro kystes du menton ont disparus en 1 semaine et c’est véridique et juste incroyable car cela faisait un an que je cherchais la solution: avec l’huile INDEMNE (voir site) déboutonnez moi. Elle contient HV et HE et marque française et ingrédients naturels.
    Sinon je me démaquille depuis 6 mois avec leur eau Miss Elaire (nom)… Le combo est juste parfait car j’ai plus de microkystes et moins de boutons voire plus à part hormonaux…

  • Edwige dit :

    Merci pour ce bel article….je suis en pleine réflexion et suis attirée par le démaquillant huile végétal. Jamais au grand jamais je me tournerai vers un produit contenant une huile minéral….car là où je travaille nous utilisons des gazes à l’huile minéral qui permettent de ramasser les poussières!!!!! Voyez-vous?!? ….

  • Lalouandco dit :

    bonsoir,
    je te remercie pour ce retour d’expérience. Personnellement, j’ai connu l’inverse. J’ai développé un acné d’adulte avec des microkystes. Rien n’en venait à bout. J’ai du prendre du roaccutane (un traitement très lourd). Finalement, j’ai découvert le layering. Je l’ai mis en pratique et en moins d’un mois, j’ai retrouvé une peau saine et belle. J’utilise de l’huile de jojoba bio pour le démaquillage, puis j’utilise un gel nettoyant Jonsac qui retire bien l’huile, avec un peu d’eau tiède. Enfin, je vaporise un hydrolat de fleur d’oranger puis j’enduis mon visage d’huile d’argan bio (les huiles Make it beauty sont tops).
    belle soirée

  • Garcia Fanny dit :

    Haaa j’arrive après la bataille mais merci mille fois pour ce témoignage ! je n’en peux plus de l’huile, j’étais tellement persuadée que c’était le saint graal que ça fait plus d’un an que je m’acharne… Ma peau brille à longueur de journée, j’ai des micro kystes et des points noirs et je n’ai même pas la sensation d’avoir une peau bien nourrie à la fin. Allez je laisse tomber… Merci !

  • Manon dit :

    Merci pour cet article! J’ai moi même insisté avec les HV, pas pour le démaquillage, mais en soin visage à la place d’une crème. L’huile de jojoba a été rapidement une catastrophe pour moi. J’ai arrêté de l’utiliser et j’ai retenté l’expérience qq mois plus tard, avec le même problème de microkystes. J’ai ensuite essayé l’huile de nigelle que ma peau tolère mieux, mais encore une fois, seulement le soir, et pas tous les jours. C’est un peu énervant de voir que pour certaines ça fait des miracles et que ça ne fonctionne pas pour soi! Au final, je me contente d’utiliser les HV pour les cheveux ou les jambes 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *