Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une

Je me suis remise à lire beaucoup depuis deux ans, ça m’oblige à me couper un peu de mon écran, à trouver d’autres sources de réflexion et d’inspiration… mais surtout une lecture en fin de soirée me permet de me détendre, de déconnecter complètement et de m’endormir comme un bébé. Et ça, ça n’a pas de prix !

Alors je me suis dit « Pourquoi ne pas en faire profiter aux autres ? Ça me permettrait de garder une trace de tous ces enrichissements, et d’échanger dessus« . D’autant plus que j’étais plutôt à l’aise en résumé de texte au lycée, donc ça devrait m’amuser ! Est-ce que l’idée vous plaît ? Dites moi ce que vous en pensez surtout hein 😉

Autant vous prévenir tout de suite, je ne lis pas beaucoup de romans. Pas que je n’aime pas ça, bien au contraire, j’ai du en dévorer des centaines auparavant, mais ma soif d’apprendre et de m’informer me pousse aujourd’hui plutôt vers des lectures « utiles ». Je sais que ça en fera bondir certains, mais par « utile » j’entends « qui m’apporte des informations, qui me pousse à réfléchir, à m’améliorer, à apprendre sur tous les thèmes qui m’intéressent ». À savoir : l’alimentation, la nutrition, la santé et la beauté au naturel et tout ce qui s’y rapporte (naturopathie, aromathérapie, phytothérapie…) , l’écologie, le développement durable, le minimalisme, l’éducation mais aussi la psychologie et le développement personnel (pas du goût de tout le monde, mais chacun ses goûts justement !). J’aime qu’un livre me bouscule, me questionne, me pousse à évoluer, à tester des trucs nouveaux… enfin bref, vous avez compris l’idée !

Le livre que je vous présente aujourd’hui est un contre exemple, puisqu’il est présenté comme un roman (contradiction quand tu nous tiens !). Quand je l’ai vu en rayon, il a de suite attiré mon oeil grâce à sa couverture et son titre. Je n’en avais jamais entendu parlé (très rare pour moi qui me fie beaucoup aux commentaires avant d’acheter un nouveau livre), mais en lisant la 4ème de couverture je me suis laissée tenter. Un livre de développement personnel déguisé en roman, je me suis dit que c’était une parfaite lecture légère de fin d’année !

Bon, soyons clairs d’entrée, ce n’est pas de la grande littérature (et le contenu ne m’a pas transcendée). L’auteure Rapaëlle Giordano est coach en développement personnel – artiste peintre, elle signe là son premier roman et on sent bien qu’elle n’est pas écrivain ! Je me suis même demandée par moment si je n’étais pas tombée sur un livre pour ado ! Mais ça se lit bien, c’est facile, et ça donne quelques pistes motivantes pour ne plus subir sa vie et en être le véritable acteur.

Pour résumer donc, on suit le parcours de Camille, une femme de 38 ans, mariée, mère d’un garçon de 10 ans qui a tout pour être heureuse… mais qui se sent un peu aigrie, en manque de joie et d’épanouissement dans son quotidien bien rempli. On se reconnaît facilement dans son mal-être et sa culpabilité de ne pas être « complètement heureuse ». Le destin l’a mène sur le chemin de Claude, cinquantenaire rayonnant, qui se présente comme étant « routinilogue ». Il lui propose de l’accompagner pour retrouver la joie et croire enfin en ses rêves grâce à une méthode originale et créative.

Je vous épargne les aspects romanesques et vous propose de me concentrer sur la fameuse « méthode », qui peut inspirer quelques pistes ou à défaut avoir le mérite de motiver à se bouger !

Voici donc les étapes qu’ils mettent en place pour que Camille reprenne sa vie en main :

Il applique la théorie des « petits pas » . La plupart des gens sont terrifiés par un changement radical, un truc énorme. Mais pour changer sa vie de manière décisive, il faut commencer par de petites transformations qui paraissent anodines. Devenir une personne plus heureuse, équilibrée demande du travail et des efforts réguliers

Nous sommes ce que nous répétons sans cesse – Aristote

#1 Prendre une feuille de papier et noter noir sur blanc tout ce qu’on aimerait changer dans notre vie, sans censure. Il s’agit de lister nos insatisfactions, des plus superficielles aux plus essentielles

Il n’y a que nous même qui pouvons décider de changer, cela nécessite notre engagement total

Le changement est une porte qui ne s’ouvre que de l’intérieur – Tom Peters

#2 Opération « Grand blanc » : il s’agit de faire un ménage intérieur en identifiant dans notre environnement tout ce qui paraît néfaste et toxique (dans les relations et l’organisation). Puis un ménage extérieur, en rangeant, triant, améliorant notre intérieur de toutes les manières possibles

La vie c’est comme une montgolfière, pour aller plus haut il faut savoir se délester et jeter par dessus bord tout ce qui empêche de nous élever

#3 Changer son état d’esprit grâce au cercle vertueux versus cercle vicieux

Cercle vicieux : pensée négative > attitude physique voutée, mollesse > manque d’énergie, tristesse, découragement, peurs > laisser-aller, incapacité à prendre soin de soi > mauvaise estime de soi, « je suis nulle, je n’y arriverai pas » > repli sur soi, peu d’ouverture aux autres > sensation d’être dans une impasse > vision floue, perspectives incertaines
=> Échec, objectifs non atteints

Cercle vertueux : pensée positive ou « faire comme si » > attitude physique dynamique (dos droit, menton relevé, sourire) > entrain, enthousiasme communicatif > capacité à prendre soin de soi (bien manger, faire de l’exercice, se faire plaisir) > bonne estime personnelle, « j’ai de la valeur, je mérite d’être heureuse » > ouverture aux autres, opportunités, réseau, possibilités de rebondir > créativité, regard constructif sur la situation, solutions > réussite
=> Atteinte des objectifs fixés

#4 Faire la liste de nos qualités personnelles, nos talents (choses que l’on sait bien faire sans trop se forcer), et nos expériences les plus réussies. Dessiner le portrait du « Moi » que l’on souhaiterait devenir

Tout est changement, non pour ne plus être, mais pour devenir ce qui n’est pas encore – Epictète

#5 Se fixer des objectifs en utilisant la méthode SMART
Spécifique : il ne doit pas rester flou, être précis dans ce qu’on attend
Mesurable : le chiffrer, et mesurer le chemin parcouru
Atteignable : il doit être défini de manière à pouvoir être réalisé, découpé en une série d’objectifs accessibles
Réaliste : pour rester motivé, il doit être cohérent par rapport à notre profil et nos compétences
Temps : se fixer une date butoir

#6 Pratiquer l’art de la modélisation : créer un tableau de mentors, des personnages qui nous inspirent. Cet exercice permet de faire ressortir nos valeurs et d’affiner la vision de la personne que l’on souhaite devenir (c’est aussi une manière de s’imprégner de leur « modèle de réussite »)

#7 Faire coïncider son projet de vie avec sa personnalité et ses valeurs profondes => passer à l’action

À côté de ça, Claude lui donne des conseils et astuces pour améliorer sa relation aux autres (à son conjoint notamment), pour rester positif au quotidien, pour « couper les élastiques du passé », se débarrasser de ses fausses croyances, ses peurs, ses complexes… Ça aurait été trop long de tous les exposer (et tout n’était pas forcément intéressant à mes yeux), donc j’ai essayé de faire ressortir le grand cheminement suivi pour aboutir à son attitude positive et sa nouvelle vie.

À chaque étape importante, quand un « palier décisif » est franchi, elle ajoute un charm’s de couleur différente sur un collier. Une manière motivante de matérialiser la progression, l’atteinte des objectifs.

Bon évidemment il y a un « happy end », mais je ne vais pas spoiler pour celles (et ceux ?!) qui auraient envie de le lire !

Pour ma part, j’ai mis en oeuvre plusieurs de ces outils instinctivement lors de ces derniers mois de remise en question, comme je l’aborde dans mon bilan 2015. L’art de la modélisation me paraît intéressant, il faut que j’essaie de le coucher sur le papier, car j’ai déjà pas mal de mentors et modèles en tête.

Et vous, avez-vous des insatisfactions dans votre vie, vous sentez-vous « pas complètement heureux-se » ? Qu’est-ce que vous aimeriez changer ? 

6 Comments

  • Amandine dit :

    Salut!
    J’aime bien le terme routinologue; c’est pas mal!
    Autant j’adore lire des romans autant des livres de développement personnel beaucoup moins. Ça se lit beaucoup moins facilement je trouve. Ceci dit, tu dis que c’est comme un roman donc peut-être que ça a ses avantages. Et sans doute, que ça apporte quelque chose à certain nombre de personnes donc tant mieux.
    J’avais lu un roman qui m’avait pas mal marqué mais qui n’est sur le développement personnel mais toujours dirigé sur une quête de soi et de bonheur. C’est une histoire vraie et tu as sans doute entendue parler c’est Mange, prie, aime d’Elizabeth Gilbert. Si tu as l’occasion, n’hésite pas.

    • Laurence - Greenola dit :

      Hello Amandine, contente de te revoir par ici 😉
      Je comprends, je sais que le développement personnel agace pas mal de personnes ! Je n’aime pas tout pour ma part, mais j’y trouve souvent quelques bonnes idées ou pistes de réflexion… ou encore de la motivation pour évoluer toujours.
      J’avais acheté « Mange prie aime », mais bizarrement je n’ai pas réussi à le terminer. Je ne saurai même pas dire pourquoi. Il faudrait que je me replonge dedans (zut, après vérif il me semble que je l’ai donné lors de mon opération désencombrement !)
      Belle semaine

  • missWellBe dit :

    Bonjour! J’entends beaucoup parlé de ce livre et ton résumé me donne très envie de le lire 😉 J’aime le concept du cercle vertueux car j’ai tendance très souvent à faire le contraire… On vaut tous quelque chose, et on a le droit d’être heureux.
    Bonne journée et merci pour cette découverte!

    • Hello !
      J’ai été un petit peu déçue par ce livre, mais il apporte tout de même quelques pistes intéressantes pour aller de l’avant et sortir d’un quotidien qui ne nous convient plus vraiment… C’est déjà bien d’en prendre conscience ! Avec plaisir, et à bientôt 😉

  • Angélique dit :

    Coucou !
    Je suis d’accord, le style n’est pas fou et plutôt simpliste, mais c’est ce qui m’a plu car ça rend les techniques de développement personnel abordable pour tous.
    En tout cas je me retrouve complètement dans ce que tu décris dans ton troisième paragraphe, je lis de moins en moins de romans mais bien plus de livres sur les mêmes thèmes que toi ! 🙂

    A bientôt pour de nouvelles revues livresques ahah !
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *