2016 | L’année du changement

J’ai toujours aimé les débuts d’année, comme septembre et la rentrée des classes : une page blanche, où tout est possible, regonflée à bloc, pleine d’énergie et d’espoir pour me rapprocher un peu plus de mes rêves… Il y a un petit plaisir que j’aime particulièrement une fois les fêtes passées, c’est ouvrir mon carnet Moleskine pour y inscrire non pas mes bonnes résolutions, mais mes grands objectifs pour l’année à venir.

Bon, la nouvelle année, c’est aussi le moment de faire le bilan de l’année écoulée… et là j’avoue l’exercice est beaucoup moins réjouissant ! Peut-être parce que ma nature à vivre toujours dans le futur déteste regarder dans le rétroviseur pour y voir des avancées beaucoup trop lentes à mon goût ? Ou parce que les mois qui viennent de s’écouler n’ont pas été les plus funs de mon existence ? Peu importe, quand faut y aller faut y aller ! Donc voici ce que j’avais noté dans mon fameux carnet début 2015 :

#1 Sport : pratiquer une activité physique régulière pour me sentir mieux et être plus tonique (et pourquoi pas perdre les kilos superflus)

#2 Alimentation : manger plus sain et varié, moins de viande et de pain blanc, plus de végétaux. Tester de nouvelles recettes

#3 Minimalisme : désencombrer, ne garder que l’essentiel dans les placards, le dressing, le garage, les cosmétiques, les livres… Se réinvestir dans la décoration pour un intérieur qui me correspond vraiment

#4 Organisation : trouver un système efficace pour être plus sereine, planning de tâches, rituels, anticipation, liste de choses à faire chaque début de semaine, liste de courses…

#5 Finances : mieux suivre, gérer les dépenses et l’administratif. Mettre de l’argent de côté pour un voyage

#6 Sommeil, bien-être : dormir plus (au moins 7h/nuit), se coucher plus tôt, éteindre les écrans avant 23h. Prendre plus soin de moi, crémer corps, mains et pieds tous les jours. M’écouter, prendre du temps pour moi

#7 Naturel : pratiquer la slow cosmétique jusqu’au bout, basculer l’intégralité de ma routine de soins vers des produits naturels

#8 Capsule wardrobe : préciser mon style, définir les pièces qui me plaisent et me correspondent vraiment. Éliminer les 80% de ma garde-robe que je ne porte pas ou peu, me concentrer sur l’essentiel

#9 Voyager : préparer un voyage au Japon idéalement, et un autre plus court dans une capitale scandinave

#10 Zéro déchet : réduire les emballages, les déchets et le gaspillage. Éliminer petit à petit le plastique de mon appart

Ok, 10 objectifs, j’étais plutôt remontée à bloc en début d’année dernière !! C’était ambitieux, mais avec du recul je me rends compte que ces 10 points ont été des leitmotiv motivants qui ont raisonné en moi ces 12 derniers mois, avec plus ou moins d’intensité.

POSITIF

– En ce qui concerne l’alimentation, j’ai pas mal réfléchi et lu à ce sujet, et je suis ravie de mes avancées sur ce point. J’ai diminué ma consommation de viandes, laitages et produits sucrés, augmenté les légumes et légumineuses, découvert de nouveaux aliments. Je ne consomme presque plus de farine blanche (pain, pâtes…), et la réflexion autour de l’indice glycémique a été une vraie révélation pour moi ! J’ai perdu les 4-5 kilos récalcitrants de mes grossesses sans trop d’effort, je me suis sentie plus en forme

– J’ai réalisé un gros travail de désencombrement, j’ai trié, vendu, donné… et qu’est-ce que ça fait du bien ! Sous l’impulsion du livre de Marie Kondo, qui a le mérite de pousser à l’action (même si je n’ai pas tout fait en une seule fois comme elle le préconise). Je n’ai gardé que ce qui me plaît vraiment ou qui est utile au quotidien. Il reste un 2ème passage à faire pour affiner la démarche, mais le process est enclenché et a le mérite de pousser à réfléchir avant d’acquérir de nouveaux objets !

Magie du rangement Marie Kondo

– Je me suis sentie plus sereine dans l’organisation, mais je pense que le fait de bosser de chez moi facilite les choses. J’ai néanmoins mis en place des « process » qui me simplifient la vie. J’en parlerai plus en détails dans un prochain article si ça vous intéresse

– Le soir j’ai réussi à mettre en place un rituel internet-démaquillage-lecture qui me permet de me détendre et de trouver plus facilement le sommeil aux environs de minuit. J’ai découvert aussi l’huile essentielle de lavande (fine, mais aspic fonctionne bien aussi sur moi) qui aide grandement à l’endormissement les soirs où j’en ai besoin. Ça ne fonctionne pas à tous les coups, je me laisse parfois happer par les méandres du web jusqu’à 1h30, mais j’essaie vraiment de m’y tenir car ça fait toute la différence le lendemain (plus d’énergie, de motivation, de patience avec les enfants…)

– Pour ce qui est des cosmétiques, je crois que je tiens ma routine naturelle parfaite 🙂 Un article dédié s’impose très bientôt

– Je n’y croyais pas trop, mais l’objectif de la capsule wardrobe est atteint également ! Il faut dire que la diet de shopping liée aux finances en berne a pas mal aidé… ne pouvant pas acheter grand chose de nouveau, j’ai du faire avec ce que j’avais, et heureusement en 2014 j’avais investi dans de bons basiques. J’ai revendu tout ce que je portais peu ou qui me plaisait moins pour pouvoir acheter quelques pièces mieux choisies. Je tourne avec peu de tenues, c’est assez minimaliste, mais étrangement je ne m’en lasse pas car ce sont des pièces qui me plaisent, se marient bien entre elles et dans lesquelles je me sens moi

– Enfin, j’ai bien initié la démarche de réduction des déchets. Je me rends au magasin bio chaque semaine où j’achète beaucoup de choses en vrac, et si ce n’est pas possible, je privilégie celles qui ont le moins d’emballages. Il y a beaucoup de produits que je n’achète plus (les biscuits pour le goûter des enfants par exemple), ça m’a fait revoir pas mal d’habitudes et mon organisation, mais je suis très satisfaite de tout ce que cela engendre

 

NÉGATIF

– On parle du point qui fâche, celui que j’avais mis en PREMIER sur ma liste ?! Oui le sport, qui revient chaque année en tête des objectifs. J’avais choisi de pratiquer le pilates et le running. J’étais inscrite dans un club pour le 1er, et je m’y suis tenue consciencieusement chaque semaine (jusqu’en juin) et ça m’a fait beaucoup de bien, au niveau des muscles du dos et de la posture en général. Je ne me suis pas ré-inscrite en septembre car je ne savais pas trop comment j’allais pouvoir m’organiser avec un nouveau taf, mais si j’avais pu je l’aurais fait. Pour ce qui est du running, c’est plus compliqué (hum). J’ai des phases où je suis super motivée et où je peux courir 4 fois par semaine (de mai à juillet cette fois-ci), et puis pouf ça retombe et là plus moyen mon cerveau fait un blocage. J’en ai parlé en commentaire sur le blog de Marie dans l’article où elle parle de son problème avec la course, et je crois en fait que le problème c’est que… je n’aime pas courir pour courir. C’est un comble après 10 d’athlétisme quand j’étais gamine, mais je m’emmerde vraiment quand je cours !

– Bon, les finances ça a été un peu le point noir de cette année ! J’ai décidé d’arrêter le projet entrepreneurial que j’avais initié en 2014, me suis retrouvée sans salaire ni indemnités, à la recherche d’un taf sans grande conviction. Ces derniers mois ont donc été très tendus au niveau financier, autant dire que nous n’avons rien mis de côté et que la perspective d’un voyage s’est réduite comme peau de chagrin !

Cette année 2015 a surtout été marquée par l’arrêt de mon projet d’entreprise commencé l’année précédente (et pour lequel j’avais quitté un taf plutôt confortable). La décision a été très difficile à prendre, presque un travail de « deuil ». Une grosse crise d’égo s’en ai suivie en mode « suis-je assez forte », « en suis-je vraiment capable » ? Difficile de ne pas le vivre comme un énorme échec (même si je sais qu’ils font avancer, pas simple de prendre du recul sur le moment). Et puis la recherche de taf, le manque de motivation flagrant, les entretiens totalement déprimants, encore la sensation d’échec, d’impasse, de « bonne à rien ». Le sentiment de légère dépression, l’immobilisme, le manque d’énergie, de sens, d’envie, le besoin de me réfugier dans un trou…

Et enfin des débuts de réponse, le tunnel qui s’éclairci. La prise de recul, la conviction que ce projet n’était pas fait pour moi, qu’il était voué à l’échec. Le travail en profondeur sur soi, ma personnalité, ce que j’aime vraiment, mes talents, mes limites aussi. Le besoin de trouver du sens. La réflexion autour d’une reconversion professionnelle et l’émergence d’une stratégie pour y parvenir. L’entretien qui change tout, et qui redonne espoir, mêmes s’il n’aboutit pas. Et puis l’envie de partager tout ça, ce blog qui me questionne beaucoup, un pas en avant, un pas en arrière, mais qui me tient à coeur.

J’ai aussi vécu une « décroissance subie » du fait des finances réduites, et même si une baisse de niveau de vie est toujours difficile à vivre, elle a eu quelques effets positifs. Un retour à l’essentiel, à la simplicité. Se dire que finalement on a besoin de pas grand chose, on a déjà beaucoup. Chaque achat et chaque choix mûrement réfléchi, des wishlists qui se réduisent, la frustration qu’on apprend à gérer. Finalement ce qui manque le plus, ce ne sont pas les derniers objets ou vêtements « à la mode que l’on voit partout sur Instagram », mais les expériences, les voyages.

Alors j’ai pris mon Moleskine, mon Bic 4 couleurs, le sourire aux lèvres, et j’ai noté la première chose qui m’est venue à l’esprit :

« 2016, l’année du changement »

Parce qu’il est temps de mettre en pratique tout ce que j’ai lu, vu, entendu. Il est temps d’agir vraiment. 2016 sera l’année du changement ou ne sera pas ! Et ça donne ça :

#1 Changer de région comme on en rêve depuis 2 ans, quitter la ville et me rapprocher de la nature

#2 Trouver un taf dans le secteur d’activité de mon désir de reconversion et me former à côté

#3 M’investir dans ce blog, m’y tenir assidûment. Arrêter de douter, foncer, mettre en forme mes idées, même si ce n’est pas parfait. Échanger, rencontrer des gens qui partagent les mêmes passions : la nutrition, la cosmétique et la santé au naturel, l’environnement et notre impact dessus… et tout cela sans extrémisme, sans jugement, avec bienveillance et confiance

#4 Aller encore plus loin dans les objectifs initiés en 2015, partager mes avancées et mes doutes ici ou ailleurs, apprendre, lire, découvrir encore et toujours

#5 Me faire confiance, ne pas me mettre trop de pression, suivre mon intuition, faire de mon mieux. Je ne serai jamais une marathonienne, ce n’est pas bien grave. Aller courir quand j’en ai envie, qui a dit qu’il fallait transpirer pour faire de l’exercice ?! Continuer à marcher beaucoup, zapper les transports en commun, monter les escaliers, prendre du plaisir.

Rendez-vous dans un an pour faire le point… 2016, je compte sur toi, j’espère que tu ne me décevras pas (en même temps, ça ne tiens qu’à moi, c’est grisant et flippant en même temps !)

 

Et vous, est-ce que vous vous fixez des objectifs en début d’année ? Quel est votre bilan de 2015, et vos grands rêves pour les années à venir ?

9 Comments

  • Amandine dit :

    J’ai adoré lire ton article! Te découvrir un peu plus finalement aussi!
    Je n’ai pas de carnet et en général, j’évite de mettre des résolutions ou des prévisions car j’ai souvent l’impression que ça met la pression ou/et que je ne tiens pas. Cela dit, parfois dans ma tête j’y pense. Je crois aussi que la pratique du yoga fait que je me pose beaucoup de questions et ce, toute l’année. Ça me pousse à aller vers l’essentiel, à davantage faire ce que j’aime et ce qui m’épanouit. Après, les circonstances se font que parfois ce n’est pas possible.
    Dans ton passage sur l’emploi, je te comprends parfaitement bien que moi je n’ai pas d’enfants et que je vis toujours chez mes parents. Les candidatures qui ne donnent rien, les entretiens idem, une espèce aussi de pression sociale aussi associé à une mauvaise image de soi-même. Et puis, c’est dur de trouver sa place professionnellement, de se sentir valorisé, de faire un emploi dans lequel on est doué.
    Après, je pense aussi que c’est un cheminement. Plus le temps passe, mieux on sait ce qu’on veut et surtout ce qu’on ne veut plus. Il faut être patient, apprendre à se connaître et ne plus accepter que certaines situations se répètent. Et apprendre aussi à se libérer du regard des autres et du regard péjoratif qu’on a sur soi même.
    En tout cas, je trouve que tu as beaucoup de mérite pour tout ce que tu as déjà entrepris et ce que tu entreprendras sans doute possible durant cette année. Tu peux être fière! De ton blog aussi!
    C’est vrai que bloguer est un exercice délicat qui demande beaucoup de temps et d’énergie d’autant que parfois le  » succès » n’est pas au rendez-vous. On peut aussi se sentir découragé par moment, être hésitant sur ses capacités à transmettre et partager quelque chose mais le plus important est de se faire plaisir! Y a que ça de vrai finalement!
    Bon, j’ai l’impression d’avoir beaucoup parlé. En tous les cas, je te souhaite une très bonne année à toi ainsi qu’à ta famille. Plein de choses pour vous tous! La santé, plein de projets et de rêves, des réussites et du bonheur!

    • Laurence - Greenola dit :

      Hello Amandine,
      Ton commentaire me touche beaucoup tu sais. Toute la difficulté dans un blog est de trouver un équilibre entre la pudeur, la transparence, livrer un peu de soi sans se dévoiler complètement… C’est ce qui me questionne beaucoup dans le blogging, moi qui suis quelqu’un d’assez secrète dans la vie. Et ce que j’apprécie dans les personnes que je suis depuis des années, c’est d’avoir l’impression de les connaître, et les billets les plus personnels sont mes préférés ! J’ai hésité à publier celui-ci, et puis je me suis dit « on verra bien ». J’ai trouvé pour l’instant un bon compromis avec l’anonymat, on verra comment je le ferai évoluer 😉 L’important il me semble est de rester vraie, authentique, et de prendre du plaisir à partager ce que l’on aime.
      En fait d’un point de vue professionnel, j’ai exercé le même métier pendant 12 ans dans différentes boîtes, et je suis un peu arrivée au bout du truc… J’ai fait mon cheminement comme tu dis, je sais ce que je ne veux plus, mais je suis obligée d’un point de vue matériel de trouver un job pendant quelques temps pour mûrir et préparer ma reconversion. Et quelle difficulté de passer des entretiens avec ton corps et ta tête qui crient de toutes leurs forces « je ne veux pas de ce job, je m’ennuie d’avance » ! Pas facile de convaincre dans ces conditions, c’est une vraie lutte contre moi-même, d’autant plus que je déteste (et ne sais pas) mentir.
      Je te souhaite également mes meilleurs voeux et beaucoup de bonheur, et tu as raison de ne pas écrire de bonnes résolutions si tu en ressens une pression. J’apprécie aussi d’en découvrir un peu plus sur toi à chaque message, ce blog m’aura déjà apporté de jolis échanges, merci 😉 (et ne t’en fait pas pour les pavés, j’adore ça !)

      • Amandine dit :

        Merci à toi!
        Je te comprends tout à fait quand tu dis : »« je ne veux pas de ce job, je m’ennuie d’avance » ». Ça m’est arrivé souvent ces derniers temps; et comme toi, j’ai dû accepter. J’avais l’impression de me trahir mais en même temps on a pas le choix enfin oui et non. Parce que si je n’ai jamais le choix, je peux continuer longtemps comme ça et je crois pas que ça le fera. Ceci dit, cela me permet de préparer des projets, de voir dans quelle direction je veux aller. Mais, j’espère pouvoir un jour dire: » J’ai trouvé ma place; j’adore mon job ». Alors pour l’instant, je fais avec en me laissant parfois à rêver un avenir professionnel qui me convienne. Où j’aurai l’impression d’être exactement là où il faut. Et, ça arrivera avec le temps j’en suis persuadée.
        Pour le blog, je te comprends parfaitement. Je passe par les mêmes questionnements. Quand je mets des photos de moi, en général c’est soit les yeux (pour un maquillage par exemple) ou une moitié de visage quand je parle du temps. Mais, j’évite mais bon c’est pas possible tout le temps. Mais, le truc positif c’est que je n’aimais pas en photo du tout et là je commence à trouver ça pas mal. Donc, ça aussi du bon le blog pour une introvertie comme moi!

        J’attends tes prochains articles avec impatience!

        • Laurence - Greenola dit :

          Le jour où je me lèverai le matin, avec la banane et ravie d’aller bosser car j’adore mon job => j’aurai réussi ma vie lol
          Je suis persuadée que le blog est un très bon outil pour les introverties, s’ouvrir aux autre petit à petit, à notre rythme, où on est maître de notre exposition. Je file voir ton blog, je n’ai pas encore le réflexe 😉 À bientôt

  • Mylia dit :

    Je pense qu’il est vraiment important d’être indulgent avec soi-même, autant dans la liste de ce que l’on a accompli (ou manqué) l’année passée que dans les résolutions pour celle à venir. Le recul justement des mois écoulés devrait permettre d’être plus tendre, plus compréhensif. Parce que personne n’est aussi dur envers nous que nous-même, justement. Se fixer des objectifs réalisables, c’est déjà un bon début pour éviter de contempler avec déception ta liste l’année prochaine. Et ceux que tu énonces ici me semblent parfait.
    Une très bonne année 2016 à toi 🙂

    • Laurence - Greenola dit :

      Hello Mylia,
      Merci beaucoup pour ton message et bienvenue 😉
      Tu as raison, en relisant ma liste de l’an passé je me suis dit « whaouu », c’était un peu beaucoup quand même ! Comme tu le dis, on est très dure avec nous même, je suis bien placée pour le savoir, donc cette année j’ai envie de plus de bienveillance, de confiance, et d’enthousiasme. Les épreuves que nous traversons nous permettent de mieux nous connaître, nous accepter avec nos qualités et nos défauts. C’est un long cheminement, mais qui mène à plus de bonheur, et je t’en souhaite beaucoup pour 2016 😉 À bientôt

  • Sandra dit :

    J’ai découvert ton blog hier soir, et je profite de quelques moments de trous entre mes cours pour le découvrir un peu plus. J’ai l’impression que tout ce que tu écrits, c’est moi (les enfants en moins) ! Je suis comme toi, en plein revirement de mon style de vie, j’ai également engagé une reconversion professionnelle après une énorme claque dans la tronche.
    Je suis en retard pour te souhaiter le meilleur pour 2016, mais surtout merci pour cet article, tes objectifs de 2015 sont les miens pour 2016, et j’espère pouvoir entamer 2017 avec autant de points positifs que toi !
    Sur ce, je m’en vais lire la suite de tes articles !

    • Merci beaucoup Sandra, je suis ravie que mes questionnements, doutes et grands objectifs fassent écho en toi. Le plus important c’est d’avancer, en apprenant à mieux se connaître et à se faire confiance… et surtout essayer d’apprécier le chemin, l’objectif ultime n’étant pas une finalité en soi (ce qui n’est pas toujours facile !).
      À très vite j’espère pour continuer à échanger et se soutenir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *