Zéro déchet | Par où commencer ?

Autant le dire de suite, réduire ses déchets prend du temps et oblige à bousculer ses habitudes (pour ma part j’adore ça !). Au commencement, il y a une prise de conscience, un déclic qu’il faut rapidement mettre en pratique pour tester ses motivations. Je me suis posée pas mal de questions au départ, donc je partage ici mon cheminement pour vous aidez à y voir plus clair.

#1 S’informer
La 1ère chose à faire à mon sens c’est de chercher des infos, s’inspirer du parcours des autres pour se faciliter la tâche. Il existe de plus en plus de blogs et d’articles sur le sujet, mais le must reste le livre de Béa Johnson « Zéro déchet », une française expatriée à San Francisco et pionnière de la discipline. On ne peut pas se lancer dans une telle aventure sans avoir lu son histoire, ses conseils très agréables à lire et inspirants (en se disant tout le long « mais bien sûr, c’est tellement évident, mais pourquoi n’y ai-je pas pensé avant ?! » – mais aussi « Quoi du cacao en guise de blush ?! JAMAIS !)

#2 Bien connaître ses motivations
Pourquoi on a envie de se lancer là-dedans ? Par souci écologique ? Pour se donner bonne conscience ? Pour simplifier sa vie ? Pour limiter ses dépenses (Béa dit dans son livre qu’elle a fait 40% d’économie en adoptant ce mode de vie) ? Pour briller dans les dîners ? Pour vivre plus sainement ? L’impact environnemental peut ne pas être la seule ni la principale raison de ce désir de changement. Bien identifier le pourquoi est primordial pour donner un sens à tout ça, et pour faire certains arbitrages par la suite.

#3 Analyser la situation actuelle
Bon là il va falloir mettre un peu le nez dans ses poubelles, mais c’est pour la bonne cause ! C’est important d’estimer le volume de déchets que l’on génère actuellement, pour pouvoir mesurer les progrès (par exemple pour ma part, une famille de 4 personnes, on descendait 2 poubelles de 50L par semaine); mais aussi le contenu de la poubelle pour identifier là où il va falloir faire des efforts. Aller je te simplifie la tâche, les deux domaines les plus créateurs de déchets sont la cuisine et la salle de bains !

#4 Désencombrer et changer sa mentalité
Ça paraît logique mais pas forcément évident, réduire ses déchets va de pair avec le minimalisme. Adopter le mode de vie zéro déchet, c’est avant tout sortir du système de consommation que nous avons toujours connu. C’est acheter moins mais mieux, de manière plus responsable, en se posant les bonnes questions. La consommation est un acte citoyen qui a plus d’impact que le vote à mon sens (ouais, rien que ça !). Et mieux acheter c’est avant tout identifier ses propres besoins, ses goûts profonds. De quoi ai-je besoin, qu’est-ce que j’aime vraiment, qu’est-ce qui est important pour moi ? Il n’y a pas de modèle tout fait, chacun établi ses propres règles. Alors c’est parti, on fait le tour de son logement et on garde que ce que l’on utilise ou aime vraiment (et le reste on ne le jette pas hein, on le donne à ses proches, à Emmaüs ou on le vend sur le bon coin)

#5 S’équiper
Je sais, ça peut paraître un peu contradictoire, mais pour réduire ses déchets il faut investir dans un kit « de base ». Des paniers ou sacs de course en tissu (un caddie à roulettes pour ma part puisque je vais faire les courses à pieds – je vous assure que ça n’est plus réservé aux mamies et que ça va revenir à la mode !), des pochettes et filets en coton pour le vrac, les fruits et les légumes, des bocaux, boîtes de conservation, bouteilles en verre (ceux de la marque « Le Parfait » sont parfaits – ha  ha).

#6 Déterminer ses priorités
On ne peut pas être parfait du jour au lendemain (voire même jamais !), donc on y va progressivement et on se détend. Béa Johnson dit que l’objectif n’est pas de recycler plus, mais de réduire aussi ses déchets recyclables. Oui bon, chaque chose en son temps, le plus important dans un 1er temps ce sont les ordures ménagères. Lorsque le zéro emballage n’est pas possible ou trop compliqué, je privilégie un packaging en carton ou en verre, c’est toujours mieux que le plastique. Et puis le compostage j’y pense aussi bien sûr, mais en appartement j’ai encore quelques a priori (et mon homme j’en parle même pas…)

#7 Changer ses habitudes
Pour réduire les emballages, il n’y a pas de mystère, il faut surtout acheter des produits bruts et faire un maximum de choses soit même. Ça ne m’a pas trop posé de problème sur ce point, puisque j’ai toujours privilégié le « home made » en cuisine et les produits frais. Mais je vais encore plus loin, en préparant le goûter des enfants par exemple (les biscuits individuels et les compotes à boire sont les pires créateurs de déchets – et c’est tellement meilleur pour leur santé – et franchement un gâteau au yaourt c’est vite préparé). Mais il faut aussi changer l’endroit où l’on fait ses courses, le supermarché traditionnel c’est le royaume du sur-emballage. Direction le magasin bio, avec ses produits en vrac et ses sélections éco-responsables (j’en ai profité au passage pour découvrir de nouvelles saveurs et modifier un peu mon alimentation – et maintenant j’ai les yeux qui pétillent quand je vois un pain à l’épeautre !). Direction aussi le marché de producteurs, mais là j’y allais déjà avant. En bref ça demande à revoir son organisation, il faut y consacrer un peu de temps.

#8 Convaincre ses proches
Arg, croies moi, ce n’est pas la partie la plus simple ! Mon mari a un peu peur de me voir me transformer en hippie comme en 68, et que je lui propose d’aller vivre dans un village éco-responsable sans eau courante ni électricité… Il rejette en bloc certaines de mes nouvelles lubies (le savon de Marseille solide sous la douche c’est no way, c’est chiant à utiliser et ça fait la peau qui crisse). Par contre, le pain au Kamut, les gâteaux maison et les dattes bio, là y’a pas de soucis ! En gros il faut expliquer, expliquer et expliquer, ne pas brusquer, faire des compromis, impliquer, y aller en douceur, une habitude à la fois… Faire preuve de patience et ne pas imposer ses choix de manière trop drastique (avec les enfants c’est plus facile, autant les habituer le plus tôt possible. Ils apprécient les gâteaux que je prépare – mais les kinder aussi grrr – et n’ont pas vu d’inconvénient à avoir un voyage à Disney plutôt qu’une montagne de cadeaux pour leur anniversaire !)

Bon courage 😉

 

Photo 1 et 3 instagram @zerowastehome
Photo 2 residencemagazine.se

13 Comments

  • Charlotte dit :

    Hello Laurence (j’ai regardé ton « ABOUT » pour trouver ton prénom^^) !

    Tout d’abord merci. Je ne connaissais pas ton blog mais je suis tombée dessus par hasard la semaine, pour ton article « Réduire ses déchets dans sa cuisine » (que j’ai déjà lu genre 3 fois!) qui a été relayé par Hellocoton. J’avais déjà entendu parler de Béa Johnson, vu des reportages sur elle, etc mais n’étais pas « passée à l’acte ». C’est ton article qui m’a donné le déclic, et j’ai donc filé à la Fnac acheter « Zéro déchet » et « La magie du rangement » de Marie Kondo en prime (tu l’as lu d’ailleurs?) !

    Donc pour l’instant, je lis, je prends des notes, je m’organise, me renseigne, ça prend du temps… Mais une chose est sûre je suis MOTIVÉE même si ça paraît insurmontable au début. Je dois avouer que mon mec m’a un peu prise pour une folle (surtout quand je lui ai dit qu’on allait un jour arrêter d’acheter du Sopalin!) mais finalement me soutiens et respecte mes choix et mes valeurs.
    C’est donc toute fière que je suis revenue dimanche du marché sans aucun sac en plastique, ni le sac de papier de la baguette, ni le sac de la pharmacie. Et que j’ai donné mes cintres à la dame du pressing qui était toute contente !

    Bref, merci et bravo pour tes articles, je ne les ai pas encore tous lus mais je compte bien le faire, et le partager !
    Au plaisir de te lire !

    • Hello Charlotte,
      He he, malin 😉
      Merci beaucoup pour ton message, tu ne peux pas imaginer à quel point il me fait plaisir ! J’ai créé cet espace pour partager humblement mon cheminement, quelques conseils, et si je peux inspirer ne serait-ce que quelque personnes à se lancer j’ai atteint mon objectif 😉
      Je tiens à te féliciter, car pour quelqu’un qui débute dans la réduction des déchets, tu as déjà tout bon ! Et je te rassure, moi aussi mon homme m’a prise pour une folle au début, et maintenant il respecte et se prête même au jeu du (presque) végétarisme… comme quoi il y a de l’espoir.
      Surtout chaque chose en son temps, n’essaie pas de tout chambouler d’un coup, il vaut mieux lentement mais sûrement.
      J’ai lu le livre de Marie Kondo (je crois que je les ai tous dévorés sur la thématique !), tu peux y aller il est pas mal du tout (même si un peu bizarre par moment), mais il a le mérite d’être assez radical et de pousser à l’action. Dans le même genre, un peu plus large sur le minimalisme et l’état d’esprit du « less is more », je te conseille les ouvrages de Dominique Loreau « L’art de l’essentiel » et/ou « L’art de la simplicité ».
      N’hésite surtout pas si tu as des questions, et tiens moi au courant de ton évolution 😉
      À bientôt

  • Charlotte dit :

    Hello !

    Le temps file et je n’ai pas pu te répondre avant. Merci pour ta réponse, et tes références, je les note pour plus tard ! Depuis la dernière fois, les choses avancent :

    • j’ai fait pour la première fois mes courses « zéro déchet » chez Biocoop ! J’ai timidement demandé à la vendeuse s’ils n’avaient rien contre l’utilisation de sacs en tissus, et elle m’a répondu : »Mais non au contraire, c’est une super idée! ».

    • J’ai déposé mes déchets végétaux dans un compost collectif situé juste à côté du magasin (d’une pierre, deux coups^^). Je me suis acheté de jolis bocaux en verre « Le parfait » pour y mettre mes achats sans emballage, toute fière ! Et en plus c’est tellement plus beau que tous ces packaging hideux…

    • Je me suis inspirée de ton article et j’ai fait un gateau au yaourt pour les gouters de ce week-end ! Côté ménage j’ai fabriqué mon liquide vaisselle et de la poudre pour le lave-vaisselle.

    Bref ça prend forme doucement, mais les « nouvelles habitudes » viennent vite ! Et ça fait un bien fou, pareil côté rangement, j’ai déjà donné les 2/3 des mon dressing grâce à la tempête Marie Kondo haha 😉 Et du coup mon mec a fait pareil de son plein gré ! J’ai parlé à ma mère de tout ça, et elle est partie s’acheter les 2 livres aussi (elle habite loin, sinon je lui aurais volontiers prêté!). Comme quoi, plus on fait passer le mot, plus on a l’espoir que les habitudes de tout le monde changent…

    A bientôt, je te tiendrais au courant de l’évolution et vais continuer à te lire 🙂 Merci encore !

    • Hello Charlotte,
      Merci d’avoir pris le temps de me faire un retour sur ton avancement, je suis toujours épatée de voir à l’allure à laquelle tu avances ! Bravo, et en plus tu as déjà converti ta mère, chapeau bas 🙂
      En général les magasins bios sont très ouverts à la réduction des déchets, ça ne pose pas de pbs.
      À très vite

  • Damary dit :

    Bonjour, merci pour ce super article ! J’ai une question toute bête concernant le vrac et les sacs en tissus : comment fais-tu pour la pesée? Je veux dire qu’un sac en tissu pèse plus qu’un sachet papier donc est-il possible de tarer la balance ou acceptes-tu de payer ce surplus ? Merci d’avance pour ta réponse 😉

    • Hello,
      Avec plaisir 🙂
      Ta question n’est pas bête, on est nombreuses à se la poser ! Le mieux, c’est de choisir des sacs dans un coton léger, avec un cordon fin pour qu’ils pèsent le moins possible. Très sincèrement, ça ne rajoute pas grand chose, je ne m’embête pas pour 25 grammes. Sinon, tu peux noter le poids sur le sachets, et demander qu’on te le déduise à la caisse, certains magasins acceptent de le faire.
      À bientôt

  • allison dit :

    bonjour,merci pour cet article j’y pense de plus mais ma famille va t ‘elle me suivre?difficile de le dire en tout cas jai lu avec plaisir ton article bonne continuation.allison

  • Sophie dit :

    Bonjour Laurence, bonjour à tous,
    Bravo pour ton article!
    Le zéro déchet demande de l’organisation mais profit vraiment à ceux qui le pratiquent. J’y suis venue sans m’en rendre compte… d’abord j’ai refusé tous les sacs plastiques et acheté le plus possible en vrac (en magasin bio évidemment…), bien entendu j’ai mes petits sacs perso en coton et des sacs de courses plus classiques. Compost oblige, pas de déchets végétaux dans la poubelle. Pour les produits de toilette, ça a été simple, nous sommes actuellement dans une maison où les eaux grises vont directement au ruisseau, donc on ne s’est pas posé la question, le moins de produits possible et faits maison ou bio. Pour le ménage, vinaigre blanc, bicarbonate de soude, le tout dans des emballages recyclables et/ou réutilisables. Une chance inouïe, ma famille a suivi, ados compris! Nous sortons encore un sac de 30 litres par semaine pour 5, j’espère réussir à réduire encore…
    C’est très motivant de lire des articles comme le tien, et ça apporte de nouvelles idées. Merci!

  • Sophie dit :

    Et j’oubliais, cuisine de produits frais, le plus locaux possible et pas de « tout-fait »… les yaourts et gateaux sont faits maison, beaucoup de légumes et de légumineuses et très peu de viande. Et à la maison, comme toi, de jolis bocaux mais aussi des boîtes métal pour tout ranger et conserver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *